Ministere des Cœurs pour Jésus

L'œuvre du Saint-Esprit.

Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et boire, mais la justice, la paix et la joie,

par le Saint-Esprit. ( Romains 14 : 17 ) 

Auteur : C. Fry

Auteur : Edmond Louis Budry

Référence : Sur les ailes de la foi #143


1

Rends-toi maître de nos âmes,

Esprit-saint, Esprit d'amour !

Et de tes divines flammes

Embrase-nous en ce jour.


Refrain

Oh ! viens, Esprit de Dieu !

Fais-nous sentir ta présence,

Revêts-nous de ta puissance

Et baptise-nous de feu !

Esprit de Dieu ! baptise-nous de feu !


2

Saint-Esprit de la promesse,

Qui nous scellas de ton sceau,

Dévoile-nous la richesse

De l'héritage d'en-haut.


3

Forme-nous pour le service

De notre divin Sauveur ;

A ses pieds, en sacrifice,

Nous apportons notre cœur.

4

Esprit de vie et de gloire,

Conduis-nous de jour en jour,

Et de victoire en victoire,

Jusqu'au céleste séjour .

Soyez Remplis de L'esprit de Dieu 

Soyez Remplis de L'esprit de Dieu



Auteur : Adèle Pélaz

Auteur : Annie Harrison

Référence : Célébrons Dieu #237

Référence : Sur les ailes de la foi #317

Références bibliques : Jean 6:68



1

Jésus, ta sainte présence

Est la source du bonheur.

Dans la joie et la souffrance

Elle est le repos du cœur.


Refrain


Fais briller sur moi ta face,

Ô Jésus, Agneau de Dieu !

À tes pieds, c'est là ma place,

Près de toi mon ciel est bleu.


2

Sur celui qui te contemple

Descend un rayon divin;

Tu fais de son cœur ton temple,

Ton doigt pointe son chemin.


3

Il faut aussi ta présence

Pour ton service, ô Jésus !

Car elle est une puissance

Pour relever les perdus !


4

Quand, dans l'étendue immense,

Ô Jésus tu paraîtras,

C'est encore par ta présence

Que tu nous attireras !



Soyez Bénis En Jésus-Christ.

Du ciel bientôt, Jésus va revenir

[Jésus-Christ: Son Amour]

HY 112

1

Du ciel bientôt, Jésus va revenir!

Si c'était aujourd'hui!

Tous, radieux, nous le verrons venir!

Si c'était aujourd'hui!

Alors tous les saints à sa vue,

Ses enfants sûrs de sa venue,

Iront avec Lui sur la nue,

Si c'était aujourd'hui!


Refrain

Gloire! Gloire! Jésus revient bientôt!...

Gloire! Gloire! Nous le couronnerons!...

Gloire! Gloire! Et nous l'adorerons!

Gloire! Gloire! Jésus revient bientôt!...


2

Dans ce beau ciel, le mal ne sera plus!

Si c'était aujourd'hui!

Plus de douleur... le regard de Jésus!

Si c'était aujourd'hui!

Notre âme après ce jour soupire...

Mais déjà la nuit se retire,

Le grand matin va bientôt luire!

Si c'était aujourd'hui!


3

Oh! Que Jésus trouve en nous des coeurs droits,

S'il revient aujourd'hui!

Veillant, priant, dociles à sa voix,

S'il revient aujourd'hui !

Avons-nous tous cette assurance

D'être enlevés en sa présence,

Dans le séjour de sa puissance,

S'il revient aujourd'hui?


Étranger sur la terre je marche avec bonheur!


1

Étranger sur la terre,

Je marche avec bonheur

Vers la maison du Père,

Vers la maison où m’attend le Seigneur.

Vers la maison du Père,

Vers la maison où m’attend le Seigneur.


Refrain:


Oh! Quand sera-ce que, face à face,

Pour toujours près de Toi,

Je Te verrai mon Roi?


2

C'est là qu'au choeur des anges,

Pendant l'éternité,

J’unirai mes louanges

Pour donner gloire à Sa fidélité.

J’unirai mes louanges

Pour donner gloire à Sa fidélité.


3.

C'est là, devant le trône,

Qu'avec tous les élus,

Je prendrai ma couronne,

Pour la jeter à Tes pieds, ô Jésus!

Je prendrai ma couronne,

Pour la jeter à Tes pieds, ô Jésus!


4

Ainsi plein d'allégresse,

Conduit par Ton amour,

Je veux marcher sans cesse,

Ô mon Sauveur! vers Ton divin séjour

Je veux marcher sans cesse,

Ô mon Sauveur! vers Ton divin séjour



Rends-toi maître de nos âmes

Le Saint-Esprit

1

Rends-toi maître de nos âmes

Esprit saint, Esprit d'amour!

Viens de tes divines flammes

Nous embraser en ce jour.


Refrain


Oh! Viens, Esprit de Dieu!

Fais-nous sentir ta présence,

Revêts-nous de ta puissance

Et baptise-nous de feu!

Esprit de Dieu,

Baptise-nous de feu.


2

Viens, Esprit de la promesse,

En nous scellant de ton sceau,

Nous dévoiler la richesse

De l'héritage d'en haut.


3

Forme-nous pour le service

Du divin Libérateur;

À ses pieds, en sacrifice,

Nous apportons notre coeur.


4

Esprit de vie et de gloire,

Conduis-nous de jour en jour

Et de victoire en victoire,

Jusqu'au céleste séjour.

CANTIQUE DE CONSOLATION

DIEU TOUT-PUISSANT, DIEU DE MA DELIVRANCE

révision de LP 320

Mélodie : Mon coeur rempli des biens que Dieu m'envoie


1. Dieu tout-puissant, Dieu de ma délivrance,

Je place en toi mon unique espérance.

L'afflux des eaux déborde avec fureur :

Regarde à moi, soutiens mon faible coeur !


2. Qui donc, ô Dieu, pourrait, sur cette terre,

Me consoler dans ma douleur amère ?

Où donc aller, si ce n'est pas vers toi,

Tes bras, Seigneur, s'ouvrent toujours pour moi !


3. Si je n'avais cette foi consolante,

Je trouverais mon épreuve accablante.

Mais, puisque Dieu m'accorde son secours,

Il n'est pour moi plus de fardeaux trop lourds.


4. Même affligé, malade et misérable,

Mon cœur éprouve un calme inaltérable.

Je ne crains rien, de qui aurais-je peur ?

J'ai Dieu pour aide et pour libérateur !

Il FAUT ANNNOCER (l'EVANGILE ) LA BONNE NOUVELLE DU ROYAUME DE JESUS-CHRIST.

L’évangile du royaume !

L’Église influente proclame l’Évangile du Royaume. Pour que l’Eglise soit influente, elle doit prêcher un message percutant qui touchera les cœurs. Jésus-Christ nous a commandé d’annoncer l’évangile du Royaume (Matthieu 28: 18 -20 ; 24 : 14).

Le mot « évangile » veut dire « bonne nouvelle » et concerne deux événements : la mort et la résurrection de Jésus-Christ (1 Corinthiens 15: 1 ‑ 50). La mort de Jésus était indispensable pour le salut des hommes (Jean 12: 25), et sa résurrection également, pour la justification des croyants.


Un royaume est un territoire administré par un roi ou une reine. Dans un royaume, il y a un roi, des lois, des principes, une constitution, un gouvernement et des sujets. Les lois sont faites pour que le royaume fonctionne et prospère. Tous sont appelés à les respecter.


Celui qui désire vivre en France, par exemple, doit en respecter les lois. En France, il est impossible à des immigrés de signer un contrat de travail légalement s’ils n’ont pas un titre de séjour régulier. Conduire sans permis de conduire, sans assurance ou avec une voiture trop usagée est une infraction. La transgression de la loi entraîne obligatoirement des problèmes avec la justice.


Pour entrer dans ce pays, il faut avoir un passeport, une autorisation ou un visa. Les lois doivent être respectées et appliquées tous les jours de la vie. Un automobiliste, en France, doit connaître et respecter le Code de la route afin d’éviter un accident ou une contravention.


S’il y a des royaumes terrestres, il y a aussi des royaumes célestes. Il y a le Royaume de Dieu et le royaume de Satan. D'après les évangiles synoptiques, le royaume (ou le règne), c’est-à-dire la sphère du gouvernement de Dieu et de son autorité, a été le thème central de l’enseignement de Jésus.


Dans Jean 18 : 36, Christ dit à Pilate que Son Royaume n’est pas de ce monde mais qu’il est spirituel, et il se manifeste dans les cœurs de ceux qui acceptent Sa Seigneurie.


« Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité »-Jean 4: 24.

Ce royaume s’installe dans notre cœur, source de toute chose mauvaise (Marc 7: 21 – 23). C’est le cœur que Dieu vise, et le règne de Dieu doit s’y établir.


Le Royaume de Dieu est aussi organisé. Il y a un roi, des lois, des sujets… Jean-Baptiste était le premier à prêcher l’évangile du royaume. « En ce temps-là, Jean-Baptiste vint, prêchant dans le désert de Judée, et disant : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche »-Matthieu 3: 1 – 2.


Jésus est venu, et sa première prédication était l’évangile du royaume. Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu (Luc 8 : 1).


« Dès lors, Jésus commença à prêcher et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » -Matthieu 4: 17.


« Et Jésus allait par toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, prêchant l’évangile du royaume de Dieu, et guérissant toutes sortes de maladies et toutes sortes de langueurs parmi le peuple »-Matthieu 4: 23.


« Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux »-Matthieu 5: 3.

« Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux »-Matthieu 5:10.


« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus »-Matthieu 6: 33.


Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus.


C’est un ordre que le Seigneur nous a donné, la priorité ne porte pas sur les biens de ce monde, mais sur le Royaume de Dieu. Malheureusement, certaines personnes prêchent davantage au sujet des biens matériels que des choses du royaume. Tout passera, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. « Car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance »-Luc 12: 15.


Tous ces versets nous montrent combien Jésus a insisté sur cet évangile pendant son ministère sur terre.


Après sa résurrection, le Seigneur a encore beaucoup parlé de ces choses concernant le Royaume de Dieu à ses disciples, pendant quarante jours. « Après avoir souffert, il se montra encore vivant, et leur en donna plusieurs preuves, leur apparaissant pendant quarante jours, et leur parlant de ce qui regarde le royaume de Dieu »-Actes 1: 3.


Dans Matthieu 10: 7, Il donna un ordre de mission aux douze en disant : « Et quand vous serez partis, prêchez, et dites: Le royaume des cieux approche ».


Ensuite, les douze apôtres ont aussi prêché l’évangile du royaume. Paul, à son tour, a annoncé cet évangile. Sa première prédication est rapportée au verset 20 du chapitre 9 des Actes : « Et aussitôt il se mit à prêcher Jésus dans les synagogues, en disant que c’était le Fils de Dieu » (Segond révisée la Colombe).


« Puis entrant dans la synagogue, il y parla avec hardiesse pendant trois mois, discourant avec persuasion sur les choses du royaume de Dieu »-Actes 19: 8.


«Et maintenant ; voici, je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous au milieu desquels j’ai passé en prêchant le royaume de Dieu » -Actes 20: 25.


Or Paul demeura deux ans entiers dans son logement privé, où il recevait tous ceux qui venaient le voir, prêchant le royaume de Dieu, et enseignant les choses qui regardent le Seigneur Jésus-Christ, avec toute liberté et sans aucun empêchement » -Actes 28: 30 – 31.


La Parole de Dieu nous montre de façon claire et nette que l’évangile du royaume est celui qui a été proclamé par Jean le Baptiste, le Seigneur Jésus-Christ, les douze apôtres, l’apôtre Paul et tous les chrétiens du premier siècle.


Dans Matthieu 24: 14, Jésus dit que « cet évangile du Royaume sera prêché par toute la terre, pour servir de témoignage à toutes les nations ; et alors la fin arrivera ».

1. L’entrée dans le Royaume.


Pour entrer dans ce royaume, il faut une autorisation ou un visa qui s’appelle la nouvelle naissance (Jean 3 : 1 – 8). Jésus dit à Nicodème : « si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu » (verset 3) et, « si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (verset 5).


La nouvelle naissance n’est pas le baptême d’eau, comme la religion l’a souvent enseigné. Le malfaiteur à la croix n’a pas été baptisé, pourtant lorsqu’il dit à Jésus : « Seigneur, souviens-toi de moi, quand tu seras entré dans ton règne », le Seigneur lui répond : « tu seras aujourd’hui avec moi dans le paradis », à cause de sa foi en Jésus (Luc 23 : 42 – 43).


Dans Ezéchiel 36 : 25 – 27, Dieu avait promis de répandre une eau pure pour purifier : cette eau qui purifie est la Parole de Dieu.


« Déjà, vous êtes purs à cause de la Parole que je vous ai annoncée », dit Jésus dans Jean 15: 3. « Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de la vérité, afin que nous fussions comme les prémices de ses créatures » Jacques 1: 18. « Étant régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole de Dieu, qui vit et qui demeure éternellement »-1 Pierre 1: 23.


Ces passages nous montrent que la nouvelle naissance s’opère par l’acceptation de la Parole de Dieu et non par le baptême. La nouvelle naissance est le visa obligatoire pour entrer dans le Royaume de Dieu.


Ce ne sont pas les bonnes œuvres qui ouvrent la porte de ce royaume mais la nouvelle naissance, c’est-à-dire qu’il faut recevoir Jésus comme son Seigneur et son Sauveur personnel en abandonnant le péché (Romains 10 : 9 -10 et Actes 4 : 11 – 12).


Ce n’est pas en faisant partie d’une église locale que l’on entre dans ce royaume ; ce n’est pas

non plus parce qu’on connaît un apôtre, un prophète ou un pasteur qu’on entrera dans ce royaume, mais c’est en étant né de nouveau.

2. Le Seigneur du royaume


« Mais un des anciens me dit: Ne pleure pas! Regarde: il est vainqueur, le lion de la tribu de Juda, l’homme de la famille du roi David. Il va défaire les sept attaches et ouvrir le livre. Alors je vois un Agneau debout. Il est près du siège royal, au milieu des quatre êtres vivants et des anciens. L’Agneau semble offert en sacrifice. Il a sept cornes et sept yeux. Les yeux sont les sept esprits que Dieu envoie dans le monde entier.»-Apocalypse 5: 5 – 6.


L’enseignement donné aux fidèles dans beaucoup d’églises est limité à la prédication d’un évangile partiel, ne montrant le Christ que sous l’aspect de l’Agneau de Dieu.


Dans l’Agneau, Jésus apparaît comme le Sauveur : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle »-Jean 3: 16). « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » Jean 1: 29. Il faudrait manger l’Agneau pour avoir la vie.


« Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang, a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. »-Jean 6: 54.


Dans l’Agneau Jésus apparaît aussi comme l’Eau de Vie : « Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif, mais l’eau que je lui donnerai, deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle »-Jean 4: 13 –14, et le Pain de Vie : « Moi, Je suis le pain de Vie »-Jean 6: 48.


Mais il ne faut pas oublier que Jésus est aussi le Lion de la tribu de Juda.

Dans le Lion, Jésus apparaît comme le Seigneur, il doit régner dans notre vie sans partage : « Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs. »-Apocalypse 19: 12.

Dans le Lion il y a l’épée de l’Esprit, séparant l’âme de l’esprit. « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. »-Hébreux 4: 12. Il est celui qui brise notre caractère « Est-ce que ma parole n’est pas comme un feu ? Est-ce qu’elle n’est pas comme un marteau qui casse le rocher ?» -Jérémie 23: 29.


Il faut manger l’Agneau pour recevoir le salut (Jean 6 : 31 – 63) et se laisser avaler par le Lion pour mourir à nous-mêmes, au péché et aux convoitises (Galates 2: 20).


La bonté de Dieu existe mais une mauvaise compréhension de l’amour de Dieu encourage la légèreté et le manque de sanctification.


Les difficultés que vivent nos assemblées seraient évitées si les fidèles étaient bien enseignés et s’ils prenaient conscience du fait qu’ils sont membres d’un royaume. Les sentiments de compassion et de solidarité vis-à-vis des autres membres du royaume pourraient éclore. L’intérêt pour la défense de ce royaume nous pousserait à intercéder en faveur des brebis qui risquent de s’égarer.


Au contraire, nous voyons dans les églises d’aujourd’hui des choses très tristes. De faux serviteurs qui incitent les fidèles à quitter leurs églises pour qu’ils les rejoignent dans leur propre mouvement, salissant les vrais serviteurs de Dieu en les traitant de sorciers, de magiciens. Si vous témoignez davantage de votre église que du Seigneur, vous êtes idolâtres !


Paul disait : « je n’ai point honte de l’Évangile de Christ, car c’est la puissance de Dieu, pour le salut de tous ceux qui croient »-Romains 1:16. La puissance qui transforme l’âme, l’esprit, se trouve dans la Parole de Dieu. Si nous prêchons l’évangile du royaume en le vivant, notre témoignage sera efficace pour amener les pêcheurs à se convertir et les fidèles à croître, car tel est le but de notre travail et de notre ministère.


En évangélisant, ne cherchez pas à amener les personnes dans votre église. Ne parlez pas non plus de votre église, mais parlez du Seigneur, car c’est Lui qui transforme. Cherchez à amener les gens dans le royaume de Dieu où Christ règne. Faites leur rencontrer le règne de Dieu et non une église, un pasteur ou une organisation chrétienne.


La femme samaritaine, dans le livre de Jean au chapitre 4, connaissait le puits de Jacob et tous les jours, à midi, elle devait s’y rendre pour chercher de l’eau. Elle était fatiguée d’effectuer sans cesse cette route sans jamais apaiser sa soif. Cette situation est celle de l’église qui fonctionne en dehors des règles bibliques.

Le puits n’avait pas été donné par Dieu mais par Jacob, qui était certes un serviteur de Dieu, mais qui n’était qu’un homme. Elle s’abreuvait donc au puits de Jacob, qui représente les solutions humaines et non pas à la source, c’est-à-dire Jésus. Le Seigneur bénit donc cette femme car Il est l’eau apportant la vie.


Ce puits dénommé par un homme « le puits de Jacob » représente la religion et les systèmes humains. Si la seule nourriture proposée aux chrétiens se résume à l’église, au sens d’une organisation humaine, ils auront toujours faim et soif et iront chercher ailleurs, ce qu’ils attendent désespérément depuis leur conversion.

Ces chrétiens peuvent devenir des nomades allant d’église en église, croyant ainsi pouvoir assouvir leur soif des choses célestes en changeant de prédicateur. Lorsque la femme samaritaine a rencontré le Seigneur Jésus-Christ, elle a laissé sa cruche et elle est repartie dans son village, non pour parler du puit mais du Seigneur. Voici l’évangile du royaume : la rencontre avec le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.


Si l’Eglise se fonde véritablement sur l’évangile du royaume, il n’y aura plus lieu pour aucune église locale, aucun dirigeant ni aucune organisation de prétendre détenir la vérité. Jésus seul est la Vérité.


Les chrétiens appartiennent tous au même royaume, les diversités des dons, des ministères ne doivent pas les diviser, mais au contraire, elles doivent les réu nir tout en créant une interdépendance les uns envers les autres, de telle sorte que personne ne dira du mal de l’autre.


Car, comme le corps est un tout étant composé de plusieurs membres, et tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il du Corps de Christ. « Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas l’oeil, je ne suis pas du corps ; ne serait-elle pourtant pas du corps ? Si tout le corps était oeil, où serait l’ouïe ? S’il était tout ouïe, où serait l’odorat ? Mais maintenant Dieu a placé chaque membre dans le corps, comme il a voulu. Et s’ils n’étaient tous qu’un seul membre, où serait le corps ? Mais maintenant il y a plusieurs membres, et un seul corps. Et l’oeil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni encore la tête aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous. Mais bien au contraire, les membres du corps qui paraissent les plus faibles sont nécessaires. Et ceux que nous estimons les moins honorables dans le corps, nous les entourons d’un plus grand honneur ; de sorte que ceux qui sont les moins honnêtes, sont les plus honorés. Au lieu que ceux qui sont honnêtes, n’en ont pas besoin; mais Dieu a tellement disposé le corps, qu’il a donné plus d’honneur à celui qui en manquait ; afin qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais que les membres aient un soin mutuel les uns des autres. Aussi, lorsqu’un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; et lorsqu’un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. Or, vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun en particulier »-1 Corinthiens 12: 16 – 27.

3. Les lois du Royaume

« Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres; car celui qui aime les autres a accompli la loi. En effet, les commandements: Tu ne commettras point d’adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu’il peut encore y avoir, se résument dans cette parole: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L’amour ne fait point de mal au prochain: l’amour est donc l’accomplissement de la loi. »-Romains 13: 8 -10.


Une fois entré dans le royaume de Dieu, il faut en connaître les lois de Christ pour les respecter. Ces lois n’ont rien à voir avec la loi de Moïse, elles sont inscrites dans nos cœurs selon Hébreux 10: 16: « Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, et je les écrirai dans leur esprit ».


Il devient possible de se conformer aux règles parce que le chrétien est participant de la nature divine selon 2 Pierre 1: 3 – 4. Le chrétien ne doit pas être étranger dans ce royaume. La personne qui entre dans le royaume devient une nouvelle création (2Corinthiens 5 : 17) et le péché ne règne plus dans sa vie (Romains 6: 1 – 22).


Ces lois sont simples, elles se résument en ceci :

- Aimer Dieu.

« Jésus répondit: Voici le premier: Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur; et: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. »-Marc 12: 30.


Aimer son prochain comme soi-même.

« Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. »-Marc 12: 31.


Ainsi, lorsqu’on aime Dieu de tout son cœur, on ne peut plus transgresser sa Parole. De même, lorsqu’on aime son prochain, on ne peut plus lui causer de tort.


L’évangile du royaume est l’évangile du Roi, qui est Jésus-Christ, le fils du Dieu vivant. Cet Evangile est fondé sur la seule personne de Jésus-Christ : il est christocentrique.


C’est une des raisons pour laquelle le respect de la sainte doctrine interdit de participer au mouvement œcuménique. En effet, dès lors que les fidèles des autres confessions ne partagent pas les valeurs essentielles de notre foi, réciproquement nous ne pouvons pas partager les leurs.


Il n’y a pas de prière possible en commun car nous solliciterions des puissances rejetées par la Parole. A qui adresser nos prières si ce n’est à Dieu le Père, Jésus-Christ étant notre unique médiateur ?


Tout évangile qui n’est pas basé sur la personne du Christ doit être rejeté, tout témoignage doit avoir pour objectif d’élever Jésus-Christ, toute prédication ou tout enseignement doit glorifier le Seigneur. Toute musique dite chrétienne doit louer le Seigneur.


Dans l’Evangile du royaume, seul le Seigneur est glorifié.


En résumé, Christ doit être au centre de toute chose.

Paul dit : « nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, mais nous prêchons Jésus-Christ le Seigneur » 2 Corinthiens 4: 5.


L’Evangile du royaume ne concerne pas les vêtements, la nourriture, le succès des hommes, leurs maisons, leurs voitures, et ces sujets ne peuvent pas être le centre des prédications, comme nous le voyons parfois, en vertu d’un évangile de prospérité très dangereux. Matthieu 6 : 33 nous demande de « chercher premièrement le royaume et la justice de Dieu, et toutes ces choses [nous] seront données par-dessus ».


En grec, le mot « premièrement » se dit « proton », ce qui signifie « principalement ». L’Evangile du Royaume est un Evangile fondamental.


Dans Luc 17 : 20 – 21, les pharisiens demandèrent à Jésus : quand le royaume de Dieu viendrait-il ? La réponse du Seigneur fut claire : « Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à attirer l’attention ; et on ne dira pas, voici, il est ici ; ou, voilà, il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous. ». (Version Darby)


Effectivement, le royaume était au milieu des pharisiens en la personne du Seigneur mais ils ne le voyaient pas. Devant Pilate, le Seigneur dira que Son royaume n’est pas de ce monde (Jean 18 : 36).

L’Evangile du royaume présente Christ Jésus comme le Roi, le Lion de la tribu de Juda (Apocalypse 5 : 5) et, en tant que roi, il doit régner et gouverner.


« En vérité, en vérité, je vous le dis : Si le grain de froment ne meurt après qu’on l’a jeté dans la terre, il demeure seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit »-Jean 12: 24.


Puisque la Bible dit que Jésus a fait de nous un royaume et des sacrificateurs pour Dieu son Père (Apocalypse 1 : 6 et 5 :10), en tant que roi, Il doit régner dans la vie de quiconque lui ouvre son cœur et l’accepte comme son Sauveur et son Seigneur. Paul dit dans l’épître aux Galates 2 : 20 : « si je vis, ce n’est plus moi, mais c’est Christ qui vit en moi ».


La personne qui reçoit Christ meurt pour lui laisser la place. Cette mort par rapport au péché (Romains 6 : 11) est réelle car les fruits de l’Esprit qui en découlent le confirment : sanctification, justice, crainte de Dieu, amour de Dieu, etc… Dans Jean 12: 24, le Seigneur dit : « Vraiment, je vous l’assure : si le grain de blé que l’on a jeté en terre ne meurt pas, il reste un grain unique. Mais s’il meurt, il porte du fruit en abondance. ». (Bible du semeur 2000).


Lorsque Jésus vient dans notre vie, Il tue toutes les choses liées à la chair et détruit notre vie passée (2 Corinthiens 5 :17, Éphésiens 4 : 17 – 25, Colossiens 3:1 – 14).


Quand le Royaume de Dieu s’installe dans la vie d’une personne, sa vie change : en Christ, elle reçoit la force et l’autorité pour vaincre les tentations qui la faisaient systématiquement chuter. La chair est toujours là avec ses désirs mais nous avons la puissance de la résurrection en nous, pour briser et dominer ses caprices.

(Colossiens 3: 5, Galates 5:16 -17).


L’Evangile du royaume nous enseigne à voir les choses anciennes comme de la boue

(Philippiens 3:7 – 9).


Toutes les choses dans lesquelles nous nous complaisions deviennent amères, à cause de la présence du Roi Jésus en nous. Il est tellement jaloux qu’Il n’accepte pas la cohabitation avec le feu étranger dans sa maison (Lévitique 10 : 1 – 2).


Christ apprit à ses disciples à prier comme suit: « Vous donc priez ainsi : Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne… »-Matthieu 6: 9.


Il leur a commandé de réclamer le règne de Dieu. Le règne veut dire aussi royaume, et dans tout royaume il y a des principes et des lois que chaque citoyen doit respecter. On reconnaît les sujets de ce royaume par leur manière de vivre qui est totalement différente de la manière de vivre des gens du monde.


Aujourd’hui, sous la dispensation de la grâce, le royaume ne vient pas de manière à frapper les regards mais se manifeste dans le cœur des hommes (Luc 19: 11 et Actes 1: 6 – 8). La personne qui fait partie du royaume de Dieu n’aura pas besoin de dire qu’elle est dans le Royaume de Dieu ; son entourage doit le constater et l’admettre. Un pommier n’a pas besoin que les gens l’appellent pommier, ce sont ses fruits qui l’identifient.


On ne peut pas se réclamer du royaume de Dieu et vivre dans le péché de façon consciente. Après

quelques semaines, une femme enceinte n’aura pas besoin de proclamer qu’elle attend un enfant, ce sont les autres, en voyant sa transformation physique, qui attesteront qu’elle est enceinte. De la même manière, quand une personne devient membre du Royaume de Dieu, elle n’aura pas besoin de le crier sur les toits, les gens qui la connaissaient auparavant, verront la transformation que le Seigneur a opérée dans sa vie (1 Pierre 2 : 12).


Dans Matthieu 24 : 14, le Seigneur dit que « cet Evangile du Royaume sera prêché par toute la terre, pour servir de témoignage à toutes les nations ; et alors la fin arrivera ». Celui qui fait partie du Royaume de Dieu respecte les lois de son pays, mais seulement dans la mesure où ces lois ne sont pas contraires aux lois de Dieu.


S’il est vrai que Dieu est amour, ce précepte ne peut toutefois pas être un prétexte pour appliquer des lois qui ne font pas partie de l’Evangile du royaume en pensant que Dieu est tellement bon et « qu’Il comprendra notre faiblesse » !


Nous avons dit que tout royaume a des lois et des principes. Et il en est de même pour le Royaume de Dieu et tout membre de ce royaume se doit de marcher selon les lois de Christ.

4. Les caractéristiques du Royaume de Dieu.

« Car le royaume de Dieu ne consiste ni dans le manger, ni dans le boire, mais dans la justice, la paix, et la joie par le Saint-Esprit » Romains 14: 17; « Car le royaume de Dieu consiste en puissance et non en paroles »-1 Corinthiens 4: 20.


Beaucoup d’églises reçoivent des enseignements axés sur les biens matériels, soutenant que la vie en Christ permet de s’enrichir (belles voitures, grandes maisons, standing de vie).


Si la réussite matérielle était le résultat d’une vie chrétienne réussie, alors les païens seraient plus spirituels et plus bénis que les chrétiens, dans la mesure où les hommes les plus riches du monde vivent en général sans Christ.


Paul disait : « Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. » -Philippiens 4 : 12.


Dieu peut nous bénir matériellement ou financièrement mais, dans l’Evangile du royaume, le but principal c’est de servir le Roi et de Lui être entièrement soumis.

Lorsqu’on rentre dans le royaume de Christ, on trouve Sa justice, Sa paix, Sa joie, Son amour, Sa puissance etc.


Le mot « justice », vient du grec « dikaiosune » qui signifie « intégrité, pureté de vie, pensées et actions correctes, tout ce qui est droit, équitable, conforme, honorable ». Dans la justice, nous voyons la sainteté, la sanctification, la crainte de Dieu.


« Vous aussi, considérez-vous comme morts au péché, mais vivants à Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, pour lui obéir en ses convoitises ; ne livrez point vos membres au péché, pour être des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous à Dieu, comme de morts étant devenus vivants, et consacrez vos membres à Dieu, pour être des instruments de justice. Car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n’êtes point sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc, pécherons-nous, parce que nous ne sommes point sous la loi, mais sous la grâce ? Nullement ! Ne savez-vous pas que si vous vous rendez esclaves de quelqu’un pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez ; soit du péché pour la mort, soit de l’obéissance pour la justice ? Mais grâces soient rendues à Dieu, de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine qui vous a été donnée. Or, ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. Je parle suivant l’usage des hommes, à cause de l’infirmité de votre chair. En effet, de même que vous avez livré vos membres pour servir à l’impureté et à l’injustice pour l’iniquité, ainsi livrez-les maintenant comme esclaves à la justice pour la sainteté. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. Quel fruit retiriez-vous donc alors des choses dont vous avez honte présentement ? Car leur fin est la mort. Mais maintenant affranchis du péché et esclaves de Dieu, vous en retirez pour fruit la sainteté, et pour fin la vie éternelle »-Romains 6: 11 – 22.


Lorsque nous entrons dans le Royaume de Dieu, nous recevons la justice de Dieu, et elle produit en nous sa sainteté.


« Si vous savez qu’il est juste, sachez que quiconque pratique la justice, est né de lui » (1 Jean 2 : 29).

« Petits enfants, que personne ne vous séduise : celui qui pratique la justice, est juste comme lui-même est juste. Celui qui commet le péché, est du diable ; car le diable pèche dès le commencement. Or, le Fils de Dieu a paru pour détruire les oeuvres du diable. Quiconque est né de Dieu, ne commet point le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. C’est en cela que se révèlent les enfants de Dieu, et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice et n’aime pas son frère, n’est point de Dieu »-1 Jean 3: 7 – 10.


« Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, ni celui qui n’aime pas son frère »-1 Jean 3 : 10 (Nouvelle édition de Genève).


Il est impossible et inutile de prétendre appartenir au royaume de Dieu et de battre son épouse ou ses enfants, conduire sans permis, vivre dans l’adultère ou l’impudicité, regarder des films pornographiques, ne pas payer ses impôts, frauder de diverses manières.


Même lorsque l’on croit aider quelqu’un, il faut se conformer à la Parole de Dieu. Par exemple, prêter ses papiers d’identité à un étranger, même de sa famille ou même s’il est chrétien, pour l’aider à séjourner en France, est une infraction.


La Bible nous appelle à respecter les autorités policières, les magistrats, etc. (Romains 13).

Elle nous apprend aussi à respecter nos parents et à leur obéir. (Éphésiens 6).


« Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour les bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous y marchions »-Éphésiens 2: 10).

La sainteté, la justice, la sanctification ne peuvent être obtenues par des bonnes œuvres, nous ne sommes pas justifiés par les œuvres mais uniquement par la grâce de Dieu (Éphésiens 2: 8 – 9).

La grâce nous donne les moyens et la puissance pour vivre dans la justice. Les bonnes œuvres sont le résultat de la vie nouvelle en Christ que Dieu a préparées pour nous avant notre conversion.


La paix.

Le terme « paix » vient du grec « eirene », c’est « l’état tranquille de l’âme assurée de son salut à travers Jésus-Christ ».


La paix est un don de l’Esprit selon Galates 5 : 22. Le contraire de la paix, c’est le trouble, l’agitation… Le monde cherche à établir la paix par tous les moyens, qu’ils soient matériels, militaires ou encore diplomatiques, mais ces efforts n’aboutissent à rien.


La paix avec Dieu


Chaque individu doit faire la paix avec son Créateur car « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » Romains 3: 23.


L’homme doit faire cette paix avec Dieu pendant qu’il vit car, après la mort, vient le jugement et il est trop tard, « et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement… »-Hébreux 9: 27 (Nouvelle édition de Genève).


Cette paix a été rendue possible par la mort de notre Seigneur Jésus-Christ à la croix et a permis la réconciliation avec Son Père (Hébreux 2 : 9 – 18). Cette réconciliation, obtenue grâce au sang de Jésus qui nous assure le salut (Romains 5: 6 – 11, 1 Jean 5: 10 -16). Cette paix nous apporte l’assurance du salut, nous permet d’appeler Dieu « Père » et de nous approcher de son trône pour l’adorer (Hébreux 10 : 19 – 22 ; 4 : 16).


Pour obtenir cette paix ou réconciliation avec Dieu, il n’y a pas d’autre moyen ou d’autre chemin que Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu. Il est le seul Chemin, la seule Vérité et la seule Vie (Jean 14 : 6). Il est le seul Médiateur entre Le Dieu Vivant et les hommes (1 Timothée 2: 5).


« Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » -Jean 3:16.


« Et il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » -Actes 4: 12.

La paix avec son prochain.


Si nous avons fait la paix avec Dieu, nous devons faire la paix avec notre prochain. On ne peut pas dire avoir fait la paix avec Dieu et haïr son frère. Jean dit : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime point son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? »-1 Jean 4: 20.


Le Seigneur nous a laissé deux commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. C’est là le premier commandement. Et voici le second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même »-Marc 12: 30 – 31.


Beaucoup de personnes disent aimer le Seigneur alors que leur cœur est rempli de haine contre leur prochain. D’autres ont décidé de ne pas pardonner à ceux qui leur ont fait du mal.


Pourtant, la paix est un fruit de l’Esprit. Ce don de Dieu a d’autant plus de valeur qu’il est inaccessible dans le monde.


Le Seigneur dit à Pierre qu’il devait pardonner jusqu’à soixante-dix fois sept fois (Matthieu 18: 22).

« Bénissez ceux qui vous persécutent; bénissez, et ne maudissez point »-Romains 12: 14.


Dans Matthieu 5 : 23, il est dit : « Si donc tu apportes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va-t’en premièrement te réconcilier avec ton frère ; et après cela viens, et présente ton offrande ».

Le pardon est une puissance qui libère


Combien de pasteurs ont de la haine les uns envers les autres ? Il est important de manifester l’amour de Dieu si nous sommes réellement dans le Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu est caractérisé par l’amour, et celui des ténèbres par la haine, la méfiance, les soupçons, la jalousie etc.


« Que l’amour soit sans hypocrisie ! Ayez le mal en horreur, attachez-vous fortement au bien. Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenances réciproques. »-Romains 12: 9 – 10 (Nouvelle édition de Genève).


L’amour est toujours éprouvé par le feu et, si vraiment nous sommes du Seigneur, nous n’aurons pas de problèmes pour pardonner et aimer nos ennemis. Étienne, pendant qu’on le lapidait, a imploré le pardon du Seigneur pour ses assassins (Actes 7: 60).


« L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné »-Romains 5: 5 (Nouvelle édition de Genève). Beaucoup de personnes disent avoir reçu le Saint-Esprit mais ne veulent pas pardonner à leurs ennemis.


Les prophéties, les dons spirituels ne sont pas des preuves d’une conversion réelle et de la présence du Saint-Esprit, car les démons, les satanistes, les marabouts, les sorciers, les voyants ont aussi des « dons spirituels », mais, ce qu’ils n’ont pas, c’est l’amour .


L’amour est une personne et cette personne est le Père du Seigneur Jésus-Christ, le Dieu tout-puissant. La nature de Dieu est visible dans la vie de quiconque reçoit Jésus. Cette nature se caractérise par les fruits du Saint-Esprit énumérés dans Galates 5 : 22.

La paix du cœur


C’est l’une des manifestations de l’Esprit de Dieu dont parle Galates 5: 22. La paix du cœur n’est rien d’autre que la confiance, l’assurance ou la foi dans le Dieu qui ne ment jamais.

L’argent ne peut procurer cette paix que seul le Saint-Esprit donne.


Un homme peut avoir toute la richesse du monde et manquer de paix. Cette paix, c’est le contraire de la peur : celui qui a la paix de Dieu dans son cœur n’a plus peur de rien. Quelles que soient les difficultés, si nous avons la paix de Dieu, les problèmes qui inquiètent les païens ne nous troubleront pas. Les mauvaises nouvelles ne nous perturbent pas car nous plaçons notre foi dans notre Dieu.


Jésus-Christ disait à ses disciples : « que votre cœur ne se trouble point, croyez en Dieu et croyez en moi »-Jean 14: 1 (Nouvelle édition de Genève). Celui qui a la paix du cœur n’abandonne pas la foi, quels que soient les problèmes dans lesquels il peut se trouver, il garde confiance en Dieu.


« Nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme » -Hébreux 10 : 39. (Nouvelle édition de Genève).


Dans le livre des Psaumes, David dit : « l’Éternel est mon berger ; je ne manquerai de rien (…) Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles… Il restaure mon âme, (…) quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal (…) sa houlette et son bâton me rassurent. (…) Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie » (Extraits du Psaume 23. Un cœur qui a la paix est un cœur qui connaît les promesses de Dieu et qui s’y attache.


La joie.


Joie se dit en grec « gil » qui veut dire « sauter, bondir de joie » et « simhah » ou « sameah » signifie briller ou être lumineux, enfin le terme grec « chara » se traduit par joie intense.


Le mot traduit par « joie » en français, recouvre plusieurs mots hébreux ou grecs qui ont des significations différentes et importantes pour saisir le sens profond de la joie.


Ce mot est de la même famille que « charis » c’est-à-dire la grâce. Nous pouvons donc dire que la joie découle de la grâce. David nous dit dans le Psaume 16 au verset 11, « Tu me feras connaître le chemin de la Vie : plénitude de joie en ta présence, et bonheur éternel auprès de toi » (Bible du semeur 2000). Dans ce verset, nous voyons que Dieu est la source de la joie et lui-même la joie et l’allégresse de Son peuple.


La joie est aussi un don de l’Esprit de Dieu. Dieu nous commande d’être toujours joyeux (1Thessaloniciens 5 : 16), car telle est à notre égard sa volonté.


Dans le Psaume 43 : 4, il est écrit : « Et j’entrerai vers l’autel de Dieu, vers Dieu, ma joie et mon allégresse ; et je te louerai avec la harpe, ô Dieu, mon Dieu! ! ».

Même la nature est appelée à vivre la joie de Dieu car c’est Lui qui l’a créée. « Cieux, chantez de joie ! Terre, réjouis-toi ! Montagnes, éclatez en cris d’allégresse ! Car l’Éternel a consolé son peuple ; il a compassion de ses affligés »-


Esaïe 49: 13.

La joie découle aussi de la relation de l’homme avec Dieu, elle est liée au salut comme nous le montre le Psaume 51 : 12 – 14 : « Rends-moi la joie de ton salut, et que l’esprit de bonne volonté me soutienne! ».


Le prophète Esaïe au chapitre 61, verset 10, nous parle aussi de cette joie liée au salut : « Je me réjouirai pleinement en l’Éternel. Mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu ; Car il m’a revêtu des vêtements du salut, Il m’a couvert du manteau de la justice… ».


Ces bénédictions sont données aux chrétiens qui vivent une vie spirituelle fondée sur Christ.


La joie, fruit de l’Esprit de Dieu, est liée à l’annonce de la bonne nouvelle qui est l’évangile du royaume (Philippiens 1: 18). « Car le royaume de Dieu ne consiste ni dans le manger, ni dans le boire, mais dans la justice, la paix, et la joie par le Saint-Esprit »-Romains 14: 17.


Jésus est venu aussi afin que les hommes aient sa joie en eux, une joie parfaite. Dans Jean 17 : 13, Jésus nous dit : « Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite ».


Dans ce verset, nous voyons que la joie est un attribut de Dieu et le Seigneur Jésus veut nous donner sa joie, à nous ses enfants.


Le Seigneur nous dit aussi dans Jean 15 : 11 : « Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie demeure en vous, et que votre joie soit accomplie », et dans Jean 16 : 24 : « Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit accomplie ».


La joie accompagne tous ceux qui sont disciples de Jésus-Christ, car tous ceux qui marchent par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu et la joie leur est donnée par le Saint-Esprit. « Et les disciples étaient remplis de joie et du Saint-Esprit » -Actes 13: 52.


La joie accompagne aussi les miracles qui sont opérés au nom de Jésus-Christ. « En effet, beaucoup de personnes qui avaient des démons en elles en furent délivrées ; ils sortaient d’elles en poussant de grands cris, et de nombreux paralysés et des infirmes furent guéris. Aussi, toute la ville était-elle dans une grande joie. »-Actes 8: 7 – 8 (Bible du semeur 2000). Les temps de rafraîchissement spirituel sont source de grandes joies pour ceux qui les vivent.


Comme nous l’avons vu plus haut, la joie est un des fruits de l’Esprit selon Galates 5 : 22 et elle ne se laisse pas affecter par les circonstances contraires ou douloureuses de la vie. Quelles que soient les épreuves de la vie, les persécutions, l’emprisonnement, etc., celui qui est en Jésus-Christ a cette joie en lui car c’est Dieu Lui-même qui la lui donne.

« En cela vous vous réjouissez, quoique vous soyez maintenant attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, puisqu’il le faut, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable, qui pourtant est éprouvé par le feu, vous tourne à louange, à honneur et à gloire, lors de l’avènement de Jésus-Christ, que vous aimez, sans l’avoir connu, en qui vous croyez, sans le voir encore, et vous vous réjouissez d’une joie ineffable et glorieuse » -1Pierre 1: 6 – 8.


La joie peut néanmoins s’éteindre par le péché. En effet, quand nous péchons, l’Esprit de Dieu en nous est attristé et nous n’éprouvons donc plus de joie. Cette tristesse selon l’Esprit nous pousse à la repentance, qui, lorsqu’elle est sincère, produit en nous la joie. Pour garder cette joie, il nous faut l’entretenir par la prière et rester connectés à la présence de notre Seigneur Jésus.


« Soyez toujours dans la joie. Priez sans cesse. Remerciez Dieu en toute circonstance : telle est pour vous la volonté que Dieu a exprimée en Jésus-Christ »- 1 Thessaloniciens 5 : 16 – 18 (Bible du semeur 2000).

Nous voyons clairement dans ce verset que la prière et la joie sont intimement liées car la prière est aussi une source de joie.


A la fin des temps, tous les chrétiens nés de nouveau du monde entier seront réunis avec Jésus-Christ dans une joie éternelle. « Réjouissons-nous, et faisons éclater notre joie, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues, et son épouse s’est parée » -Apocalypse 19: 7.


Quelle joie extraordinaire de vivre pour l’éternité avec le Roi de Gloire qui nous a préparé une place auprès de Son père ! Un cœur qui a la joie, c’est un cœur qui garde les commandements de Dieu et qui demeure dans Son Amour (Jean 15: 10 – 11).


La puissance de Dieu


« Car le royaume de Dieu consiste en puissance et non en paroles » -1 Corinthiens 4: 20.

« Puissance », en grec « dunamis », veut dire « pouvoir d’accomplir des miracles », « puissance, force ». « Dunamis» a donné en français, le mot « dynamite ». Or la dynamite est utilisée pour détruire des forteresses.


« Car quoique nous marchions dans la chair, nous ne combattons point selon la chair. En effet, nos armes de guerre ne sont pas charnelles, mais elles sont puissantes en Dieu, pour renverser les forteresses, pour détruire les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et pour amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ »- 2 Corinthiens 10: 3 – 5.


Le mot « forteresse » en grec, est « ochurouma » qui signifie, « un château, un fort » ou encore « arguments et raisonnements qu’un disputeur avance pour fortifier son opinion et la défendre contre son opposant ». Paul a eu à défendre la Parole de Dieu toute sa vie avec la démonstration de la puissance du Saint-Esprit, comme par exemple en Actes 13, devant le magicien Elymas.


Pour renverser les arguments et les raisonnements des faux docteurs et des faux prophètes, nous avons besoin de la puissance de Dieu.


Aujourd’hui, nous avons plus que jamais besoin de la puissance de Dieu pour renverser les fausses doctrines qui constituent de vraies forteresses pour les chrétiens. La saine doctrine est de plus en plus rejetée et Dieu, je le crois, va susciter des hommes et des femmes pour opposer la Vérité aux mensonges de Satan et de ses ministres.


Dans Matthieu 7 : 29, il est dit que Jésus enseignait comme ayant autorité. On peut dire qu’Il enseignait avec force et puissance. Nous voyons aussi que, dans Matthieu 23, les scribes et les pharisiens ont demandé à Jésus par quelle autorité ou pouvoir Il guérissait les malades et chassait les démons.

« Voici, je vous donne le pouvoir de marcher sur les serpents, sur les scorpions, et sur toutes les forces de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire »-Luc 10:19.


Je vous invite àlire aussi les passages suivants : « Marc 16 :15 – 20 ; 1 Corinthiens 2 : 4 ; Actes 4 : 5 – 11 », où nous voyons que les apôtres avaient l’autorité sur les maladies et les démons. C’est pour cette raison que Simon le magicien voulait qu’on lui vende ce pouvoir, mais cette autorité se trouve uniquement dans le nom de Jésus-Christ. Cette autorité est encore accessible à l’heure actuelle dans le nom du Seigneur.


Les fils d’un des principaux sacrificateurs nommé Scévas, exorcistes juifs ambulants, cherchèrent à invoquer la puissance de Jésus sans le connaître personnellement, sur un démoniaque et ils ont été violemment corrigés. (Actes 19 : 13 – 17). A la lumière de ce passage nous comprenons que seuls les chrétiens peuvent exercer l’autorité de Jésus, étant membres du Royaume de Dieu. Le Seigneur Jésus-Christ nous a donné la procuration de son Nom.


Remarquons que l’on peut être « une autorité » et ne pas avoir l’autorité ou la puissance.

Les pharisiens et les scribes étaient des autorités religieuses mais ils n’avaient pas la puissance qui attestait que Dieu était avec eux. Par exemple, un agent de police en tenue représente une autorité ; il peut arrêter un poids lourd avec juste un sifflet et un bâton, néanmoins, si le chauffeur de ce camion refuse de stopper, le policier n’a pas la force de l’arrêter physiquement.


Beaucoup de personnes qui prêchent la Parole de Dieu n’ont pas la puissance du Saint-Esprit, tout simplement parce que Dieu ne les a pas appelées à exercer ce ministère. « Mais vous recevrez la puissance du Saint-Esprit, qui viendra sur vous ; et vous me servirez de témoins » -Actes 1: 8.


Le revêtement de l’Esprit est très important avant de rentrer dans le ministère car « ce n’est point par puissance, ni par force, mais par mon Esprit, a dit l’Éternel des armées »-Zacharie 4: 6.


Les pharisiens disaient que le Seigneur chassait les démons par Belzébul, et la réponse du Seigneur fut claire : «si je chasse les démons par l’Esprit de Dieu, le règne de Dieu est donc venu vers vous »-Matthieu 12: 28.


Donc, lorsque le Royaume de Dieu arrive quelque part, les démons sont chassés, les malades sont guéris. Le ministère du Seigneur Jésus était souvent accompagné de multiples cas de délivrance.

Dans Luc 4 : 16 – 20, Jésus lui-même s’approprie la prophétie d’Esaïe 61, et dans Luc 10 : 19 il dit : « Voici, je vous donne le pouvoir de marcher sur les serpents, sur les scorpions, et sur toutes les forces de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire ».


Dans Marc 16 : 17 – 18, le Seigneur dit : « Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : ils chasseront les démons en mon nom ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront les serpents ; quand ils auront bu quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guéris ».


La puissance est aussi une des caractéristiques du Royaume de Dieu. Cette puissance n’est pas forcément celle qui fait tomber les gens au sol, mais celle de la résurrection, celle de l’Evangile qui transforme les vies (Romains 1 : 16). La Bible nous dit, dans le Psaume 68, au verset 29 : « Ton Dieu ordonne que tu sois puissant ». Dieu est le Tout-puissant et Il veut que ses enfants soient puissants, car ils sont créés à son image.


Dans Matthieu 28 : 18, le Seigneur dit que toute puissance lui a été donnée, afin que son peuple soit libéré de la servitude.

La croix


Dans l’Evangile du royaume, il y a la notion de souffrance, de persécution, de rejet à cause du Seigneur. Jésus a dit que « le disciple n’est pas plus que son maître, ni le serviteur plus que son Seigneur »-Matthieu 10: 24. S’ils ont appelé le Maître de la maison Belzébul, à combien plus forte raison appelleront-ils les gens de sa maison de ce genre de nom ?


« Quiconque veut venir après moi, qu’il renonce à soi-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive »-Marc 8: 34.


La croix est la base de la vie chrétienne, le Seigneur Jésus-Christ Lui-même nous a montré l’exemple à suivre en se chargeant de sa croix. Cette croix n’est pas une maladie, elle n’est pas non plus un morceau de bois que certains portent une fois l’an en procession. Mais elle est la caractéristique de toutes sortes de problèmes que doivent rencontrer les chrétiens. « Or, tous ceux qui veulent vivre selon la piété en Jésus-Christ, seront persécutés »-2 Timothée 3: 12.


« Le monde entier est sous la coupe du diable »-1 Jean 5: 19 (Bible du semeur 2000).

Les personnes qui désirent plaire à Dieu seront persécutées par les enfants du diable, par les systèmes basés sur l’occultisme et par des lois contraires à la Parole de Dieu.


Prenons Daniel 3 : 1 – 30 et 6 : 1 – 28. Daniel et ses amis aimaient la vérité, raison pour laquelle ils ont été persécutés. Cependant leur amour pour le Seigneur a triomphé des lois et des hommes. De même, Jean-Baptiste dut faire face à la persécution puisqu’il fut emprisonné puis décapité par Hérode à cause de la vérité.


La Bible nous parle dans Actes 12: 1 – 4 de la persécution qu’avaient subie les apôtres du Seigneur. Jacques fut tué par l’épée, Étienne lapidé par les Juifs (Actes 7), les apôtres Pierre et Jean emprisonnés à cause de la Parole de Dieu (Actes 5).


L’Eglise primitive a connu plusieurs persécutions. La première persécution est relatée dans Actes 4, lorsque les apôtres furent arrêtés pour avoir guéri un homme malade (Actes 4: 7 – 10). Tous ceux qui ont le don de guérison peuvent rencontrer des problèmes et des persécutions, mais ils doivent tenir ferme car le Seigneur est au-dessus de tout.


La deuxième persécution nous est rapportée dans Actes 5: 12 – 42. Les apôtres prêchaient Jésus en tout temps, ce qui suscita l’hostilité des autorités religieuses de l’époque. Tout chrétien qui parle de Jésus-Christ doit s’attendre à des persécutions de la part de son entourage, de sa famille, de ses amis et de la société dans laquelle il vit.


Aujourd’hui, on aborde beaucoup de sujets sans tabou, mais dès que le nom de Jésus-Christ est prononcé, les gens se crispent et disent que l’on est dans une secte. Ce nom dérange beaucoup et on ne veut pas en entendre parler.

Mais quelle a été l’attitude des apôtres vis-à-vis des pharisiens et des principaux sacrificateurs, qui leur avaient interdit de parler de Jésus ? Se sont-ils tus ? Pierre et les apôtres répondirent qu’il leur fallait obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes 5 : 29). Ils ont été lapidés, emprisonnés, torturés à cause de l’Evangile, mais ils avaient la joie et déclaraient tous les jours leur fidélité au Seigneur

(Actes : chapitres 7, 8, 9, 12 et 16).


« Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner et d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ » Actes 5: 42.


« Mes frères, considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves que vous pouvez rencontrer, sachant que la mise à l’épreuve de votre foi produit la patience » -Jacques 1: 2-3.


« Bien-aimés, ne soyez point surpris de la fournaise qui est au milieu de vous, pour vous éprouver, comme s’il vous arrivait quelque chose d’étrange. Mais réjouissez-vous de ce que vous participez aux souffrances de Christ, afin que lorsque sa gloire sera manifestée, vous soyez aussi comblés de joie. Si l’on vous dit des injures pour le nom de Christ, vous êtes bienheureux ; car l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. Il est blasphémé par eux, mais il est glorifié par vous. Que nul de vous ne souffre comme meurtrier, ou larron, ou malfaiteur, ou comme s’ingérant dans les affaires d’autrui. Mais s’il souffre comme chrétien, qu’il n’en ait point honte, mais qu’il glorifie Dieu à cet égard » -1 Pierre 4: 12 – 16.


Quelles que soient les pressions, nous devons annoncer la bonne nouvelle du Royaume, même si les temps sont difficiles. La Bible nous prédit que nous passerons par des souffrances (1 Thessaloniciens 3: 1 – 4). Les chrétiens doivent comprendre que le monde est sous la puissance du malin et qu’ils sont des étrangers sur la terre.


Dans Marc 4 : 16 – 17, la Bible dit que les persécutions et les tribulations à cause de la Parole de Dieu sont inévitables et, malheureusement, ceux qui n’ont pas de racines abandonnent la foi.

« Prends ta part des souffrances comme un bon soldat de Jésus Christ. Nul homme qui va à la guerre ne s’embarrasse dans les affaires de la vie, afin qu’il plaise à celui qui l’a enrôlé pour la guerre »- 2 Timothée 2: 3 – 4 (Version Darby).


Aujourd’hui, certains chrétiens et prédicateurs ont rayé de leur vocabulaire le mot souffrance. Ils veulent tout avoir tout de suite sans payer le prix et, quand ils n’arrivent pas à obtenir ce qu’ils demandent, ils abandonnent la foi ou tombent dans certains pièges de l’ennemi. (1 Pierre 4: 1)

Le Seigneur préparait ses apôtres aux persécutions, au rejet, à la mort, aux choses qu’ils allaient devoir affronter dans leur ministère.


Je voudrais parler particulièrement à ceux qui aspirent au ministère : préparez-vous à payer le prix de votre appel et de votre onction. Nul ne doit aspirer à un poste de dirigeant dans l’œuvre de Dieu sans être prêt à en payer le prix.

En effet, la direction spirituelle coûte toujours beaucoup à celui qui l’exerce et plus le ministère est efficace, plus le prix à payer est élevé. : « Puisque donc nous travaillons avec Dieu, nous vous conjurons que ce ne soit pas en vain que vous ayez reçu la grâce de Dieu. Car il dit : Je t’ai exaucé au temps favorable, et je t’ai secouru au jour du salut. Voici maintenant le temps favorable ; voici maintenant le jour du salut. Nous ne donnons aucun scandale en quoi que ce soit, afin que notre ministère ne soit point blâmé. Mais nous nous rendons recommandables en toutes choses, comme des ministres de Dieu, dans une grande patience, dans les afflictions, dans les tourments, dans les angoisses, dans les blessures, dans les prisons, dans les séditions, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes, dans la pureté, dans la connaissance, dans la longanimité, dans la douceur, dans le Saint-Esprit, dans une charité sincère, dans la parole de vérité, dans la puissance de Dieu, dans les armes de la justice, que l’on tient de la droite et de la gauche, à travers l’honneur et l’ignominie, à travers la mauvaise et la bonne réputation ; étant regardés comme des séducteurs, quoique véridiques ; comme des inconnus, quoique connus ; comme mourants, et voici nous vivons ; comme châtiés, et non mis à mort ; comme affligés, mais toujours joyeux ; comme pauvres, mais enrichissant plusieurs ; comme n’ayant rien, quoique possédant toutes choses »-2 Corinthiens 6: 1 – 10).


« Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; en perplexité, mais non sans espérance ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non entièrement perdus ; nous portons toujours, en notre corps, la mort du Seigneur Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car, nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle »- 2 Corinthiens 4: 8 – 11.

« Car je pense que Dieu nous a exposés, nous les apôtres, comme les derniers des hommes, comme des gens voués à la mort, nous faisant servir de spectacle au monde, et aux anges et aux hommes. Nous sommes fous à cause de Christ, mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles mais vous êtes forts ; vous êtes dans l’honneur, mais nous sommes dans le mépris. Jusqu’à présent nous souffrons la faim et la soif, et nous sommes nus ; on nous frappe au visage, et nous sommes errants çà et là ; nous nous fatiguons en travaillant de nos propres mains ; outragés, nous bénissons ; persécutés, nous le souffrons ; calomniés, nous prions ; nous sommes jusqu’à présent comme les balayures du monde, le rebut de tous »-1 Corinthiens 4: 9 – 13.


Telle est la vraie image du ministère selon la Bible.


Accepterez-vous d’être le dernier des hommes ? Un condamné a mort ? D’être en spectacle aux hommes, au monde et aux anges ? D’être regardé comme fou, faible ? Cette faiblesse se caractérise par le passage de 2 Corinthiens 12: 10. « C’est pourquoi je me complais dans les infirmités, dans les opprobres, dans les misères, dans les persécutions, dans les angoisses pour le Christ ; car lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort ».


Accepteriez vous de souffrir de la faim, de la soif, de la nudité ? Le ministère n’est pas un sujet de gloire comme certains le pensent, mais plutôt une charge, une souffrance qu’il faut éprouver tous les jours que Dieu fait. Mais le ministère est devenu pour beaucoup de dirigeants, le moyen de satisfaire leurs ambitions et ils dépouillent le peuple de Dieu par des paroles trompeuses dans le seul but de se faire de l’argent (2 Pierre 2: 3).


Il faut revenir aux ministères d’Ephésiens 4 :11 et au sacerdoce universel du chrétien dont le témoignage puissant permettra l’application de la Parole, afin que l’Eglise soit pure et sans tâche pour le retour de l’Epoux, comme la vierge sage qui veille et conserve l’huile, se tenant prête pour les noces de l’Agneau.


Dieu va de plus en plus susciter des personnes dans les nations pour parler de la réforme d’une Eglise Biblique. Des vrais apôtres et prophètes qui sonneront la trompette afin de réveiller ceux qui se sont endormis. Ces personnes ne seront pas aimées, mais elles tiendront ferme et combattront pour la Vérité.

DEVONS -NOUS DISCERNER LA VOIX DE DIEU ?


Les gens ont posé cette question à travers les âges, Beaucoup a entendu la voix de Dieu et ne comprenne pas. Comme, Samuel a entendu la voix de Dieu, mais ne l'a pas reconnue avant de recevoir les instructions d'Elie (1 Samuel 3.1-10).


Gédéon a eu un dévoilement physique de Dieu, mais il a le doute de ce qu'il avait entendu, au point de demander à trois reprises des signes. (Juges 6.17-22, 36-40).


En Ecoutant la voix de Dieu, Est-ce que nou pouvons déterminer qui a parlé ? Or à cette époque, nous avons quelque chose que Gédéon et Samuel n'avaient pas : Maintenant on peut faire un parallèle entre le Rema et le logos :


Le mot « logos » est utilisé 331 fois dans le Nouveau Testament grec original. Il a été traduit 258 fois par le mot « parole » lui-même, les autres fois par des mots plus ou moins apparentés… Voici le ou les sens que prend ce mot dans presque tous les versets et contextes où il est utilisé : n Parole générale ou spécifique mais s’adressant à tout le monde; n Vérité énoncée ou ensemble de vérités s’adressant à plusieurs personnes; n Exhortations générales faites à plusieurs personnes; enseignements, prédication, entretien; n Parole de Dieu en général, paroles du Royaume, message de l’Évangile, paroles de Jésus (Bonne Nouvelle); paroles de grâce, de salut… n Dans l’Évangile de Jean, Jésus est nommé comme:

« le logos », la Parole de Dieu, réponse et solution de Dieu pour tous les hommes; le Verbe, la Parole faite chair… n Une parole qui confirme ou répète une parole de l’Ancien Testament; n Parole de Dieu en tant que livre, révélation écrite (la Bible) – Actes 1 :1 ; Apocalypse 22 :19 ; n Parole ou question de l’homme à Dieu ou à Jésus; n Significations complémentaires comme : rumeur, discours, message, compte rendu, déclaration, affirmation, énoncé, propos, proposition, langage, cas, affaire, mot; n Dans de très rares exceptions, le mot logos est employé pour désigner une parole personnelle ou spécifique, mais dans un contexte bien précis : il s’agit du rappel d’une parole déjà prononcée dans le passé, ou qui est en relation étroite avec une parole de l’ancien testament, ou qui est une parole de Jésus signifiant qu’il est lui même la vie; ou qui est une parole spécifique mais ayant une valeur de sentence pour tous (sous-entendu doctrinal).


2) Le mot « rhêma », pour sa part, est utilisé seulement 68 fois dans le Nouveau Testament; il est traduit 47 fois par le mot parole et les autres fois par des mots similaires… Mais il y a une constante qui saute aux yeux et qui le démarque assez nettement du mot logos : il s’agit pratiquement toujours d’un témoin qui rapporte une parole qu’il a entendue de la part de Dieu, ou parfois d’autres personnes. A part quelques exceptions où le mot rhêma est traduit du 4 n Parler de la part du Saint-Esprit; paroles spontanées sous la direction du Saint-Esprit; n Paroles de Dieu qui pénètrent dans l’Esprit, le cœur de l’homme, et qui créent la vie (comme en Jean 6 : 63 et 68); Parole révélée par l’Esprit, que l’on reçoit et qui provoque une réponse, un résultat; Parole de connaissance de la volonté de Dieu pour soi personnellement; n Parole de Dieu révélée par l’Esprit à mon esprit, ou dite à mon esprit, pour quelque chose que je vis :


Dans ce sens, un rhêma viendra souvent de la parole écrite (Bible), de la même façon que Jésus, « le logos » de tout l’univers, ne deviendra rhêma que pour ceux qui naissent de nouveau, chacun en particulier…


Parole de vie, de foi, de connaissance, de sagesse, parole prophétique précise, etc. Ce sont là les sens qui reviennent constamment lorsque j’examine avec soin les versets et le contexte où le mot rhêma est utilisé. Il en ressort donc, après un premier examen, que le mot logos a un sens plus général de la révélation de Dieu, une connotation de parole pour tous, tandis que le mot rhêma signifie plutôt une parole pour une personne en particulier, dans un but particulier, dans des circonstances particulières (selon la volonté de Dieu). 

N’y a-t-il pas là quelque chose de merveilleux de la part du Seigneur, qui veut ainsi nous enseigner un message vital pour nous tous, à partir de l’emploi dans sa parole de ces deux mots différents? Cela est important, car pour beaucoup, la connaissance non seulement intellectuelle, mais aussi pratique et vivante, de cette différence entre parole générale de Dieu et parole personnelle de Dieu, peut être une question de vie ou de mort, de fruit ou de stérilité… Évidemment, nous sommes toujours un peu prisonniers de la perception de la parole que nous avons reçue des hommes, de notre communauté ou dénomination, et de notre vécu qui s’en est suivi… Mais cela n’est pas irrémédiable; Dieu est toujours disposé à nous ramener dans plus de lumière et de vie, pour notre propre bonheur.


Nous avons vu que le « logos » représentait surtout la Parole de Dieu dans son ensemble, dont la Bible est le principal véhicule. C’est une parole qui a déjà été donnée, une fois pour toutes. Le « rhêma », quant à lui, est une parole donné dans l’aujourd’hui. Dieu parle à l’homme en illuminant, personnalisant, vivifiant un verset ou passage de l’Écriture, par son Esprit. Il s’agit donc d’une parole personnelle et vivante reçue par l’homme, et provenant de la Bible (la plupart du temps), ou directement de l’Esprit de Dieu, qui donne dans le cœur une conviction claire et irréfutable, source de joie et de paix.


C’est une communication de l’Esprit de Dieu à l’esprit de l’homme régénéré. Nous savons aussi que Dieu peut nous parler par la nature, les circonstances, les autres, la pratique (la vraie…) des dons spirituels dans le corps de Christ, ou tout autre moyen surnaturel qu’Il juge bon d’utiliser dans sa sagesse et sa souveraineté. Est-ce à dire que le logos (la Parole en général) ne parle pas aussi au cœur du croyant et reste improductif? Pas du tout. Le logos, éclairé par le Saint-Esprit, change le croyant dans sa mentalité de façon progressive et continue; il renouvelle son intelligence et accomplit un travail à long terme… Le logos,


5 comme le démontre 1 Thessaloniciens 2 :13, agit dans le cœur du croyant d’une façon plus globale, en lui inculquant la pensée de Dieu, tandis que le rhêma touche plutôt un point en particulier, une situation particulière, suscitant souvent une réponse immédiate de la part du croyant. Le logos change les dispositions du cœur, le rhêma dépose dans le cœur une révélation pour un cas précis. Dans un sens, le logos, la parole générale de Dieu, sert de guide général au croyant;


le rhêma, parole personnelle de Dieu, sert de guide direct, circonstanciel, spécifique… Jean 6 : 63 et 68 : « C’est l’Esprit qui vivifie; la chair ne sert à rien. Les paroles (rhêmas) que je vous ai dites sont Esprit et vie… Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles (rhêmas) de la vie éternelle ».


Nous tenons à souligner qu’il n’est pas nécessaire de faire des études académiques, théologiques, ou plus précisément de grec, pour connaître et vivre cet aspect spirituel, mais aussi pratique, de la parole de Dieu. De notre part, nous ne sommes pas du tout spécialiste en grec. (à part les milliers d’heures que nous avon eu la grâce de passer au pied de Jésus, à écouter sa parole dans l’intimité…).


Cependant, le Seigneur nous a permis de connaître et de vivre, à partir de notre nouvelle naissance jusqu’à aujourd’hui, cette double réalité concernant sa Parole.

En effet, bien avant d’en connaître le concept théorique ou la formulation théologique, nous avons pu connaître, par la grâce de Dieu, dans notre vécu de tous les jours, la différence qui existe entre la parole générale de Dieu et sa parole personnelle. C’est seulement après l’avoir expérimenté dans notre communion avec Dieu que nous avons su, beaucoup plus tard, qu’il existait, dans le Nouveau Testament grec, deux mots différents pour désigner la parole de Dieu. Nous mentionnons ce cas des deux mots grecs différents, c’est tout simplement que cela n’a fait que confirmer ce que nous savions (par le Saint-Esprit), sans nous rendre compte… Jésus n’a-t-il pas dit qu’il se révélerait à ceux qui ont des cœurs d’enfants, et non pas nécessairement à ceux qui deviennent des érudits intellectuels et théologiques (ce que nous aussi, devons le confesser, Nous sommes malheureusement cherché à devenir un moment donné…)? Que Dieu nous garde de déroger à cette simplicité d’enfant à son égard! La vie de Dieu ne vient pas par des études proprement dites ou par les livres des hommes, aussi bons et savants soient-ils, mais se reçoit par la révélation de l’Esprit, comme un cadeau à un enfant. Nos livres et nos cours ne peuvent que compléter, confirmer et conforter ce que Dieu a déjà mis dans notre cœur; ils peuvent apporter aide et encouragement, mais pas la vie comme telle, qui ne vient que par la parole de Dieu – voir Tite 1 :1. 6 .


La Bible entière, la Parole inspirée de Dieu, que nous pouvons lire, étudier et méditer.

« Toute l'Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit formé et équipé pour toute œuvre bonne. »


(2 Timothée 3.16-17) Si vous avez une question sur un sujet particulier ou une décision à prendre, voyez ce qu'en dit la Bible.


Dieu ne nous guidera jamais dans un sens contraire à ce qu'il a enseigné dans sa Parole (Tite 1.2).

Pour entendre la voix de Dieu, il faut lui appartenir. Jésus a dit : « Mes brebis écoutent ma voix, je les connais et elles me suivent. » (Jean 10.27)


Ceux qui entendent la voix de Dieu lui appartiennent, ils ont été sauvés par sa grâce, par la foi dans le Seigneur Jésus.


Ce sont les brebis qui écoutent sa voix et la reconnaissent, parce qu'ils le connaissent comme leur berger. Pour reconnaître la voix de Dieu, nous devons lui appartenir. (D’où les principes de la bergerie)


Nous entendons la voix de Dieu en passant du temps à étudier la Bible et à méditer silencieusement sa Parole. Plus nous passons de temps en intimité avec Dieu et sa Parole, mieux nous reconnaîtrons sa voix et sa direction dans nos vies. Les employés de banque sont formés pour détecter la fausse monnaie en étudiant les vrais billets tellement en détail qu'ils reconnaissent tout de suite les faux. Nous devons si bien connaître la Parole de Dieu que quand quelqu'un nous dit quelque chose de faux, nous reconnaissons tout de suite que cela ne vient pas de.Dieu.


Dieu se révèle de manière audible encore aujourd'hui, mais il parle surtout par sa Parole écrite. Il nous guide parfois par le Saint-Esprit, par notre conscience, par les circonstances ou par d'autres personnes. En comparant ce que nous entendons aux vérités des Écritures, nous apprenons à reconnaître sa voix.


Commençons par Job 42 : 1 à 6 : « Job répondit à l’Éternel et dit : Je reconnais que tu peux tout, et que rien ne s’oppose à tes pensées… Oui, j’ai parlé (comme nous le faisons ou le prêchons souvent!) sans les comprendre, les merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas… Mon oreille avait entendu parler de toi; mais maintenant mon œil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens sur la poussière et sur la cendre ». Nous avons là en détail toute la dynamique de la double réalité de la parole de Dieu. Job avait quand même une connaissance générale de la révélation et de la volonté de Dieu (logos)…

Mais dans l’épreuve, il a vraiment connu Dieu, et a reçu la révélation de sa parole de façon personnelle et vivante. Cela a provoqué chez lui une profonde repentance et une plus grande communion avec Dieu, qui l’a ensuite restauré.


Dans les Psaumes, nous trouvons aussi plusieurs passages traitant de la révélation nécessaire de la parole de Dieu, en particulier dans le Psaumes 119, dont nous citerons le célèbre verset 130 : « La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l’intelligence aux simples ».


Psaumes 143 :8 : « Fais-moi dès le matin entendre ta bonté! Car je me confie en toi. Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher! Car j’élève à toi mon âme ». C’est ce qu’on entend personnellement de Dieu qui apporte des changements décisifs dans notre vie et nous conduit sur le « bon chemin ».



Dans l’Ancien Testament :


Proverbes 29 :18a : « Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein… »

II Rois 8 :13b : « …Et Élisée dit : L’Éternel m’a révélé que tu seras roi de Syrie ».

Ésaïe 29 : 11 et 18 : « Toute la révélation est pour vous comme les mots d’un livre cacheté que l’on donne à un homme qui sait lire, en disant : Lis donc cela! Et qui répond : Je ne le puis, car il est cacheté… En ce jour-là, les sourds entendront les paroles du livre; et, délivrés de l’obscurité et des ténèbres, les yeux des aveugles verront ».


Jérémie 15 :16 : « J’ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées; tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon cœur; car ton nom est invoqué sur moi, Éternel, Dieu des armées! »

Ézéchiel 3 :1 à 4 et 10 : « Il me dit : Fils de l’homme, mange ce que tu trouves, mange ce rouleau, et va, parle à la maison d’Israël! J’ouvris la bouche, et il me fit manger ce rouleau. Il me dit : Fils de l’homme, nourris ton ventre et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne! Je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme le miel... Il me dit: Fils de l’homme, reçois dans ton cœur et écoute de tes oreilles toutes les paroles que je te dirai! »


16 Amos 3 :7 : « Car le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes ».


Daniel 2 :19 : « Alors le secret fut révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit. Et Daniel bénit le Dieu des cieux ».


Dans le Nouveau Testament :


Matthieu 16 :17 : « Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux ».

Luc 24 :32 et 45 : « Et ils se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures?… Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprennent les Écritures. »


Jean 4 :41-42 : « Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole; et ils disaient à la femme : Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde. »

Jean 5 : 39-40 : « Vous sondez (étudiez) les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! »


Actes 13 :2 et 9 : « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. » « Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint-Esprit, fixa les regards sur lui, et dit… »


Actes 16 :6 à 10 : « Ayant été empêchés par le Saint-Esprit d’annoncer la parole dans l’Asie, ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie. Arrivés près de la Mysie, ils se disposaient à entrer en Bithynie; mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas. Ils franchirent alors la Mysie, et descendirent à Troas. Pendant la nuit, Paul eut une vision : un Macédonien lui apparut, et lui fit cette prière : Passe en Macédoine, secours-nous! Après cette vision de Paul, nous cherchâmes aussitôt à nous rendre en Macédoine, concluant que le Seigneur nous appelait à y annoncer la bonne nouvelle. »


1 Cor. 2 :10 : « Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. »


Galates 1 :11-12 : « Je vous déclare, frères, que l’Évangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. »


Galates 2 :1-2a : « Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi; et ce fut d’après une révélation que j’y montai. »


Éphésiens 3 :3 : « C’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots. » Dans la première épître de Jean chapitre 5, nous trouvons aux versets 7 et 8 quelque chose de très intéressant : « Car il y en a trois qui rendent témoignage : l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord.


A Suivre…

La Présence et L’œuvre du Saint-Esprit dans le Service Missionnaire


Jean 16 :12-16


Ne considérant pas de façon à perfectionner ce sujet, mais de mettre en évidence ce qui concerne sa présence et son activité dans la vie du croyant et dans le Service missionnaire


L’assistance du Saint Esprit sur les croyants est l’un des traits caractéristiques de la période actuelle, celle de l’Eglise. Il est venu le jour de la Pentecôte, ainsi que cela est rapporté en Actes 2, et Il restera jusqu’au jour où le Seigneur viendra enlever son Eglise pour être avec Lui dans la gloire. L’Esprit de Dieu a opéré sur la terre auparavant, comme nous le voyons dans l’Ancien Testament. Il y agira encore après l’enlèvement des croyants, ainsi que plusieurs prophéties nous l’annoncent. Mais sa présence actuelle ici-bas dans l’Eglise et dans le service missionnaire, et son activité en notre faveur, sont uniques et constituent pour nous une bénédiction incomparable.


Accentuant successivement ce que nous en révèlent l’évangile de Jean, les Actes, puis les cinq premières épîtres de Paul.


Dans les Actes des Apôtres, qui relatent le rejet de la peur chez les missionnaires (Apôtres ou Disciples) nous avons le récit de la descente du Saint Esprit sur les croyants et de son activité dans les premiers temps de l’Eglise. Dans les épîtres de Paul, surtout dans les cinq premières, nous trouvons 

l’enseignement doctrinal correspondant à ce que vivent les croyants dans les Actes.


D’où les Évangiles pour la Propagation et les Épîtres pour la formation ou L’enseignement des croyants.


Les trois premiers évangiles ne nous disent que très peu de chose concernant le grand sujet qui est devant nous. Ils nous laissent en général dans un cadre juif, et les événements prophétiques qui y sont annoncés ont le peuple terrestre de Dieu pour centre.


Avant la naissance de Jésus – et celle de Jean Baptiste, son précurseur – nous voyons quelques-uns de ceux qui attendaient le Messie être soudain remplis du Saint Esprit et agir sous sa direction. Il en est ainsi d’Elisabeth (Luc 1 : 41), de Zacharie (1 : 67), de Siméon (1 : 25-27). Ces actions momentanées de l’Esprit de Dieu sont similaires à celles que nous trouvons dans l’Ancien Testament.


Peut-on Dirigée par le Saint-Esprit dans la Marche de Chaque Jour ? Voyons : Quelques constituants sur ce que le Saint-Esprit fait et de son aide dans nos vies. Jésus dit que l’Esprit Saint est le sentinelle ou consolateur, le défenseur. Dans le passage, les disciples ne savent pas ce qui va se passer. C’est le défenseur, parce qu’il va vous conduire pour révéler Dieu et de vous faire voir son essence.


  • Que fait le défenseur ? Dans quels domaines le chrétien va être au bénéfice du Saint-Esprit.Défenseur déjà dans la mission de partager évangile : il va les aider dans la proclamation de la Vérité sur la Personne de Dieu.
  • Le Jour de la Pentecôte : les disciples réunis ensemble frères et sœurs, le Saint-Esprit descend sur eux : ils louent le Seigneur et la 1ère chose que Pierre va faire quand il est en contact avec la population, c’est de proclamer Jésus-Christ. Christ avait précédemment dit dans Actes 1 :8

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Actes 1:8

Le Saint-Esprit est un Sentinelle ou défenseur pour tout croyant pour que nous puissions être un témoin : là où nous sommes dans notre travail, dans nos études, dans notre famille. Parfois, nous avons peur de témoigner : allons-nous dire ce qu’il fait car nous souhaitons que notre entourage se convertisse ? Le Saint-Esprit a pour mission de nous aider à être un bon témoin de Jésus, il permet aux disciples de maintenir leur foi par rapport aux persécutions qu’ils vont vivre. Quand Jésus leur parle, il sait ce qui attend aux apôtres. Sur les 12 qui ont entouré Jésus (si on exclut Judas et qu’on inclut Matthias), 11 ont été tué d’une manière violente à cause de la persécution, car ce message transforme l’humanité. La puissance du Saint-Esprit lui-même agit. Parce que en tant missionnaire nous devons nous laisser contrôler, guider, conduire, mener pour que le service missionnaires soit bien fait.


Quand nous faisons face aux épreuves à cause du nom de Jésus dans le travail ou ailleurs… Pour nous permettre de défendre notre foi et ne pas être timide, Dieu donne la capacité d’être calme dans ces situations et de trouver la paix (Jean 14 :27) les bons mots. Tous sans exception vont tenir la route malgré la persécution : par la Puissance du Saint-Esprit, nous tenons fermes face à l’adversité, à la persécution. L’Esprit Saint permet que Jésus soit toujours avec nous. Jésus dit dans Jean 16 qu’il est plus favorable que Jésus parte sinon l’Esprit ne viendra pas.


Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Jean 16:7


Quand Jésus est là, on aimerait bien qu’ il vient et qu’il soit avec nous physiquement, pour voir ses miracles au quotidien. Pour il disait : Mais le consolateur, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. (Jean 14 :25-26) Mais le Christ dit qu’il vaut mieux qu’il s’en aille : car il y a une bénédiction encore plus puissante au départ du Christ. C’est vrai ! Quand Jésus est sur terre, il est présent simultanément dans un lieu physique. Maintenant où est-il ? Il est au Ciel mais aussi partout par l’œuvre du Saint-Esprit. Savez-vous que parmi les disciples du Christ, certains sont allés évangéliser jusque dans les Indes. Jésus était avec eux à ce moment-là, de même que d’autres qui sont partis annoncer la Bonne Nouvelle en Europe. Grâce au Saint-Esprit, nous avons la chance et le privilège d’être avec Jésus, c’est une grande grâce. L’Esprit de Jésus est non seulement avec nous mais il est en nous. Jésus vit en nous et il nous dit que nous sommes le temple du Saint-Esprit. ( Maintenir le toujours propre.)


Le Saint-Esprit est notre défenseur pour nous permettre de maintenir la foi jusqu’au bout, il nous permet d’être en présence permanente de Christ. Le Saint-Esprit nous convaincre de péché, de justice et de jugement. C’est lui qui révèle au monde les fausses valeurs et qui nous fait dire : c’est faux ! Pour le monde, la richesse est importante, mais l’Esprit Saint nous reprend sur la non pertinence du succès matériel et éphémère, de la gloire et de la réputation qu’on serait tenté de poursuivre. Par la puissance de Dieu, le Saint-Esprit nous convaincre de la vérité (Jean 16 :13).


Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. Jean 16:8

Le christ parle à ses disciples : il laisse les écrits, les révélations (Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Jean 8 :31-32) Nous aussi, on reçoit la vérité et on comprend ce qui est vrai par l’Esprit Saint qui a inspiré la vérité. Il y a un passage biblique où on voit Jésus qui dit que si vous détruisiez le temple, je le reconstruirai en 3 jours (Jean 2 :19). Les disciples qui


suivaient Jésus ne comprenaient pas l’allusion de Jésus ; Jésus a parlé de sa mort et les disciples ne comprenaient pas au point que par la suite les disciples se demandent entre eux qui est le plus grand et le plus glorieux. Par l’Esprit de vérité, les disciples comprennent tous après, notamment l’apôtre Jean après la mort et la résurrection de Christ.

Parfois quand nous lisons la Bible, nous ne comprenons pas. Peut-être que parfois, quand on regarde notre vie chrétienne, nous ne comprenons pas. Dieu permet des épreuves. Grâce au Saint-Esprit et à la Parole, Dieu fait des choses nous trouvons les mystères des révélations cacher a l’intérieur de ce livre extraordinaire. Les épreuves que nous vivions sont là pour forger notre foi. Regardons notre situation pour demander à Dieu de nous éclairer ce qu’il est en train de faire, prenons la Parole de Dieu chaque jour en demandant à l’Esprit de nous aider à bien comprendre sa Parole et bien la mettre en pratique, la Bible n’est pas qu’un livre de simples informations.


Aimons donc quand vous saurez que le Saint-Esprit qui vit en nous est celui qui a inspiré les Écritures. C’est une grande grâce que le chrétien a et qui n’est pas visible dans les autres pratiques religieuses. Par le Saint-Esprit, nous sommes unis à Dieu et nous pouvons le comprendre. L’apôtre Paul (1 Cor 2:10-16) dit:

Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ. Qui peut connaître ce que Dieu a au plus profond de lui-même si ce n’est l’Esprit ? L’encouragement est le suivant : nous avons reçu le Saint-Esprit. 1 Corinthiens 2:10-16



L’objectif du Saint-Esprit est de révéler la gloire de Jésus afin qu’elle se répande. L’Esprit Saint nous donne des dons, nous équipe pour le service dans le corps de Jésus. L’objectif est de glorifier Jésus. Voici son objectif lorsque le Saint Esprit est en nous. Le Saint-Esprit nous aide à mieux ressembler à Christ : voici la quête du chrétien.

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.

Romains 8:28-29 .


Toutes les épreuves et les joies que nous vivions doivent nous permettre de grandir à Jésus. C’est clairement l’œuvre du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit nous aide à nous débarrasser des mauvaises habitudes, et des pratiques du péché. Il ne veut pas que ces pratiques restent en nous, il veut que nous grandissions en Jésus, il veut nous purifier et nous donner l’amour qu’il faut surtout quand les gens nous irritent et nous rendent impatients. Là est le plan de Dieu : c’est là où je vais apprendre la patience et de grandir en amour pour les personnes. Dieu nous encourage à aimer ceux qui ne nous aiment pas. C’est l’Esprit Saint qui nous transforme à l’image de Jésus.


Je dis donc: Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi. Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit.

Galates 5:16-25

En Galates 5 :5 si nous vivons par l’Esprit marchons aussi selon l’Esprit

2. Peut-on dire que nous marchons selon l’Esprit ?


En tant que Chrétiens, nous avons déjà déposé nos péchés et que c’est par Jésus que nous sommes sauvés, que nous avons accès au Seigneur et qu’il nous entend dans les prières, mais cela signifie-t-il qu’au quotidien d’heure en heure nous devons suivre Jésus ?


Marcher par l’Esprit, Marcher par notre nature propre ! Comment savoir ?


Ce ne sont pas mes connaissances, ce ne sont pas mon nombre de fois présents à l’église, ou mon nombre de prières qui déterminent si je marche selon l’Esprit ou non. L’apôtre Paul dit que si tu pratiques 1 des œuvres de la chair, alors tu ne marches pas selon l’Esprit mais par tes propres forces (verset 19).

Voici des critères que Paul nous donne, si nous voyons ces choses sortir de notre cœur, l’Esprit ne nous conduit plus. Il nous dit de revenir et de marcher attentivement selon l’Esprit. Il nous aide à être un témoin et à aimer l’autre, à résister, nous avons besoin du Saint-Esprit

Marc 9:23-34, Luc 11:13, Ephésiens 3:14 – 16

Obéissance à Dieu, un abandon total de soi...


Adam Et Ève devraient Seulement Obéir à Dieu, pour Échapper aux Châtiments éternel. Quand leurs désobéissances poursuivent même ses descendances à tel point tous ont péchés et sont privés de la gloire de Dieu. (Romain 3 :23)

L’Action ou habitude d'obéir, de faire ce qui est commandé : L'obéissance des enfants à leurs parents. Ou Réclamer un peu d'obéissance a quelqu’un

Mais, Refus d'obéissance, c'est

Infraction spécifiquement pouvant entraîner des peines ou de réclusion.


. Un Vœu d'obéissance, à Dieu oblige l’abandon total de soi, pour faire sa volonté. D’où, SES SYNONYMES:

discipline, docilité, esprit de subordination, servilité, soumission. Pourtant le CONTRAIRES: contestation, désobéissance, indiscipline, indocilité, insubordination, rébellion, résistance, Révolte.


Comme ça une Expression de Emile Chartier sur L’obéissance disant: Résistance et Obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l’obéissance il assure l’ordre ; par la résistance il assure la liberté.

L’Écriture sainte constate et légitime au regard du croyant l’obéissance qui est à la base de la plupart des rapports que les hommes ont entre eux.


Les enfants doivent obéir à leurs parents (Deutéronome 21.18 ; Proverbes 30.17 ; Éphésiens 6.1) ;

  • les femmes à leurs maris (Éphésiens 5.22) ;
  • les serviteurs à leurs maîtres ; Éphésiens 6.5 ; Éphésiens 6.9) ;
  • les fidèles à leurs conducteurs (Hébreux 13.17)
  • les citoyens aux autorités (Romains 13.1-7 ; 1 Pierre 2.13-17)

Obéir à celui qui a le droit de commander, c’est obéir à Dieu. Mais cette obéissance à des limites, et le croyant ne doit pas exécuter ce qui lui apparaît comme étant contraire à la volonté divine : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5.29).


Dans la nature, tout obéit aux lois de Dieu. Obéir à Dieu, c’est le devoir essentiel de l’homme. La chute fut le résultat de la première désobéissance. Tout le long et patient effort de Dieu a tendu désormais vers ce but : réapprendre à l’homme à obéir. La « crainte de l’Éternel » (expression biblique qui caractérise la

piété d’Israël), c’est avant tout la peur de lui déplaire en lui désobéissant (Lévitique 25.17).


Mais l’obéissance n’est pas seulement exécution de la volonté de Dieu ; elle est aussi acceptation complète, sans restriction et de tout cœur, de cette volonté. Cette note, qui revient déjà comme un thème fondamental dans le Deutéronome (Deutéronome 11.13 ; Deutéronome 13.4 ; Deutéronome 28.1et suivants, etc.), se retrouve souvent dans le message des prophètes qui toujours, par-delà les apparences, remontent à la source et aux sentiments cachés (Ézéchiel 36.26 et suivant, Ésaïe 29.13).


Sans obéissance complète à Dieu, en effet, il ne saurait y avoir de bénédiction, de bonheur, de salut et de vie possibles pour l’homme. Rien ne peut la remplacer, ni les sacrifices, ni le culte extérieur, ni la prière. Elle est d’ailleurs une conséquence nécessaire vécue et du culte « en esprit et en vérité » (Jean 4.24 ; 1 Jean 3.18). Avec elle l’ordre se fait dans la vie de l’homme, car elle met sa conduite en harmonie avec les lois immuables de sa vie profonde et éternelle

(Deutéronome 13.4 ; Deutéronome 15.4 ; Deutéronome 28.1 et suivants, 1 Samuel 15.22


Ésaïe 1.10-20 ; Jean 14.15 ; Jean 15.10 ; Actes 4.19 ; Actes 5.29 ; Actes 5.32, etc.). Aussi les exemples classiques de la foi en Dieu sont-ils en même temps des exemples d’obéissance (Hébreux 11.8, etc., cf. Jérémie 17.16).

Cet idéal, auquel la masse en Israël fut le plus souvent rebelle (Psaumes 81.12 ; Ézéchiel 2.3 et suivant, etc.), et que les meilleurs parmi les Israélites ne firent qu’entrevoir (Psaumes 103.20 et suivant).

Jésus-Christ devait le réaliser parfaitement. Il fut la loi de sa vie ou plus exactement l’expression même de son amour filial : « J’aime le Père et je fais ce que le Père m’a commandé » (Jean 14.31). C’est cette obéissance, culminant dans les tragiques moments de Gethsémané (Matthieu 26.39 et suivants) et de Golgotha (Jean 19.30), qui lui a permis d’achever l’œuvre rédemptrice et de détruire les conséquences de la désobéissance d’Adam (Romains 5.19 ; Jean 5.19 et suivant).


Cette obéissance qu’il a pratiquée jusqu’au bout, il la demande à ses amis (Jean 15.14). Elle sera donc pour les apôtres la pierre de touche qui permettra de reconnaître la foi véritable. Être « esclave de Christ », voilà l’état que le chrétien doit désirer. On est esclave du péché tant que l’on n’a pas choisi le Christ pour maître (Romains 6.16 ; Romains 6.22), et le but de la liberté chrétienne, c’est de nous permettre de nous donner librement à Dieu. Cette obéissance volontaire s’applique à tous les domaines, à la pensée (2 Corinthiens 10.5) comme à l’action (1 Jean 2.3) ; mais elle doit être un besoin

du cœur et par conséquent « exempte de murmures et d’arrière-pensées » (Philippiens 2.14).

C’est dans son amour reconnaissant pour le Christ qui l’a sauvé parce qu’il a été obéissant jusqu’à la mort (Philippiens 2.8 ; Hébreux 5.8 et suivant), que le chrétien doit trouver la volonté d’obéir en toutes choses à Dieu et la force de faire triompher cette volonté dans tous les détails de sa vie. Et son obéissance lui assurera le bonheur (Jacques 1.25) ; elle lui donnera la certitude d’être dans la vérité (Jean 7.17).

2 Corinthiens 10:5

Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ. Romains 1:5, Romains 6:17,Romains 10:16-17,Romains 13:1, 1 Samuel 15:22, 1 Pierre 1:14, Exode 19:5, Jérémie 7:23

A Suivre…

Un Chrétien peut-il porter des bijoux ?


Des concepts sur le port des bijoux en tant que Chrétien. Plusieurs sont d’accord et d’autres ne le sont pas Qu’est-ce que la Bibles Enseigne ? Est-il possible qu’un Chrétien peut porter des Bijoux ?


1. Pierre.3


3Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d'or, ou les habits qu'on revêt, 4mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d'un esprit doux et paisible, qui est d'un grand prix devant Dieu. 5Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris,…


Il y a-t-il mal de porter des bijoux, ce n'est pas une question de salut ?


Alors que certains n'y voient aucun inconvénient, d'autres considèrent cela comme une transgression. Quelle position adopter dans l'église face à ceux qui éprouvent un besoin de se parer de chaînes, bracelets, colliers, boucles d'oreilles, gourmettes, vêtements de marque et autres ornements, pour être beaux, belles, élégants, et peut-être reconnus?


Il fut une époque où il était acquis ou beaucoup de chrétiens, que le non port des bijoux était une affaire «normale et naturelle». Etre chrétien voulait dire ne pas porter de bijoux. Aujourd'hui ce n'est plus le cas. Car, ils sont nombreux, ceux et celles qui remettent en question cette position ou tradition.


Certes c’est encore la majorité, mais cela pourrait bien l'être un jour si rien n'était dit ou fait. Actuellement, bon nombre s'affichent dans et hors de l'Église avec leur parure, d'or, d'argent, de plastique,etc.,bien décidés à revendiquer d'autres valeurs.


Il y a de cela quelques années on pouvait désigner n'importe lequel des Chrétiens par son apparence extérieure, son refus de boire de l'alcool ou d'autres boissons alcoolisées, sa consommation ou non d'aliments, son langage, son refus de fréquenter certains lieux. Aujourd'hui ce n'est plus tellement le cas .


Tout un groupe de la nouvelle génération semble s'être affranchi de ces interdits et restrictions». Le vécu chrétien n'est plus tout à fait le même à bien des égards. Pour tous ces nouveaux adeptes, ce n'est

pas ce qui sauve: l'essentiel c'est de faire un usage modéré. La position de l'abstinence semble de plus en plus remise en question. Quelle position adopter face à ces nouvelles tendances ?


S'il est vrai que la rigueur et le légalisme d'autrefois ont fait beaucoup de tort, n'est-on pas cependant allé trop loin dans le libéralisme ou l'affranchissement d'aujourd'hui ?


Nous n'avons aucun doute quand au fait que nous sommes sauvés par la foi et non par les œuvres aussi bonnes soient-elles. Nous sommes sauvés pour pratiquer de bonnes œuvres. La Parole nous enseigne que toutes les fois où nous plaçons la vie chrétienne pratique sur le terrain de la rédemption pour faire valoir un mérite quelconque, nous sommes dans le légalisme pur et dur.


Placer celle- ci sur la balance du salut comme poids légal, afin de peser notre acceptation morale auprès de Dieu, c'est faire dire à certains que ceux qui ont su s'alléger du poids des bijoux, et autres pratiques «condamnables» auraient plus de chance d'être sauvés que d'autres, Il est clair que cela ne relève pas de l'évangile de Jésus-Christ et de ce que ses apôtres et prophètes ont enseigné.


S'il faut continuer à parler en termes de balance et de celle du jugement en particulier, nous dirions, de toute façon, que sur les plateaux de celle-ci il ne peut y avoir que Christ et Christ en moi. Seul Christ en moi d'un côté et Christ seul de l'autre côté donne un équilibre salutaire à cette balance divine. 

«Personne ne peut, en regardant en soi, trouver quoi que ce soit dans son caractère qui soit de nature à le recommander à Dieu ou lui donner l'assurance qu'il sera favorablement reçu. Ce n'est que par l'intermédiaire de Jésus, donné par le Père pour le salut du monde, que le pécheur peut avoir accès auprès de Dieu. Jésus est notre seul Rédempteur, Avocat et Médiateur; en lui seul réside notre espoir de pardon, de paix et de justice.


Apotre Paul déclare:

J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. Gal 2,20.


Attirer les regards


Ainsi, ceux en qui le Christ vit ont, quelque part, choisi de le laisser se manifester dans tous les aspects de leur existence. Ils ont librement choisi de faire en sorte qu'à travers eux il donne de lui et de son Eglise, au monde, une image, des signes et des indices de reconnaissance ou d'identification.


Or, il me semble que cela passe nécessairement par des attitudes morales, des pratiques vestimentaires, sociales, cultuelles, culturelles, sanitaires et autres qui disent à tous qui nous sommes, à qui nous appartenons et les valeurs dans lesquelles nous croyons. En toutes choses le Christ veut être reconnu en nous autant que cela soit humainement possible.


Les pratiques cultuelles et culturelles chrétiennes doivent revêtir un caractère et une nature telle qu'elles n'attirent pas l'attention du monde sur l'individu mais sur Christ. Le paradoxe c'est qu'en même temps cet individu doit se distinguer par sa différence afin de pouvoir rendre un témoignage pour Christ.


Saint-Exupéry disait: «Si tu diffères de moi, loin de me léser tu m'enrichis. »


Voilà pourquoi l'individu accepte d'adopter un certain nombre de valeurs, de normes, de principes et de pratiques, qui vont affirmer ses choix et laisser transparaître la vie du Christ en lui : vie de renoncement et de confiance totale en Dieu. Luc 9 :23. La vie d'un Christ qui n'avait rien pour attirer les regards. Un Christ empreint d'humilité, de moralité, de simplicité et de modestie. Un Christ qui fait savoir qu'il y a une grosse différence entre le monde et le royaume des cieux.


Le non-port des bijoux, l'abstinence d'alcool, et le refus d'autres pratiques mondaines ou immorales, ne se situeraient- ils donc pas dans ce contexte symbolique du renoncement, de la modestie, du dépouillement, et de l'identification dont le Christ à fait preuve et auquel il invite son Eglise, afin d'indiquer au monde

une autre direction?


Ce n'est certainement pas en étant semblable au monde que nous attirerons son attention et l'enrichirons. Dans l'apocalypse nous voyons Jésus attirer l'attention sur son Eglise par une femme belle mais simplement vêtue. Par contre, Babylone est vêtue d'habits somptueux, d'écarlate et couverte de bijoux, de perles, de pierres précieuses.


Apocalypse 12:1 et 17 :1-6 . Dans la mesure où l'homme regarde d'abord à ce qui frappe les yeux, il me semble que la façon dont ces deux femmes sont habillées donne un signal clair sur la façon dont Jésus aurait aimé que son Eglise se pare dans ce monde non seulement spirituellement mais aussi physiquement.


Or si l'Église doit attirer l'attention il faut que ce soit à la fois par son message, son amour, son humilité, sa simplicité, sa modestie, sa façon d'être et de vivre. Les enfants de Jésus et ceux de Babylone ne doivent-ils pas se distinguer et non se confondre les uns avec les autres?


Si les fils et filles de Babylone signalent par leur accoutrement, par des signes et modes divers les valeurs auxquelles ils croient, c'est-à-dire matérialisme, libertinage, immoralité, permissivité, syncrétisme, laissez faire, etc., 

les fils et filles de Dieu peuvent aussi dire haut et fort par leur façon d'être ce auquel ils croient. Ne pas porter de bijoux n'est donc pas, me semble-t-il, un signe de renoncement à la beauté, l'élégance ou à la liberté ; mais plutôt un signe, un drapeau brandi pour dire que l'on refuse les valeurs de Babylone et que l'on est prêt à se dépouiller de tout, pour intégrer et laisser transparaître les valeurs du Christ. C'est ce qui est en soi, ce qui est intérieur qui a de la valeur et non pas ce qui frappe les yeux.


N'est-ce pas Christ qui vit en nous?


Un jour dans le royaume j'aurai probablement des pierres précieuses à ne savoir qu'en faire, mais pour l'heure je me place du côté du Christ qui s'est dépouillé de tout, afin de combattre l’esprit matérialiste, égoïste et charnel qui anime l'homme pécheur et le monde babylonien.


Je fais alors le choix (et jusqu'à nouvel ordre), de me placer du coté du Christ et de son combat, de m'abstenir de certaines choses, voulant ne jamais donner à Satan l'occasion de s'en servir pour me piéger. La lutte contre le mal passe aussi par là. J’accepte, de me singulariser afin que le monde questionne mes choix et ma démarche, que je puisse lui témoigner mon attachement à Christ et aux valeurs de son royaume.


Un son clair de notre Eglise


Mais quoique l'on dise ou que l'on écrive certains seront d'un avis différent. Alors avec l'apôtre Paul, paraphrasons en disant :

Tel croit pouvoir se passer de bijoux, d'ornement et de luxure, tel autre croit ne pas pouvoir s'en passer..., que chacun ait en son esprit une pleine conviction. Mais puisque l'on ne vit pas pour soi-même mais pour le Seigneur et que l'Église appartienne au Seigneur, que l'on respecte alors l'opinion de l'église locale ou mondiale lorsqu’avec sa majorité elle aura pris telle ou telle position éthique, morale, cultuelle, culturelle ou théologique. Ephésiens 4 :1-7


Il ne s'agit pas tant de savoir si oui ou non nous allons porter des bijoux, nous habiller d'une certaine manière, ne pas consommer certains aliments ou boissons, parce que l'Église le dit !

Il s'agit de savoir qui vit en nous, quelles sont les valeurs que nous avons choisi d'affirmer par une attitude, une pratique, une habitude, un caractère, un mode de vie. Nous savons où nous allons.


Nous n'avons alors ni le mal de bijoux, ou de celui de vivre mais le désir de plaire en toute chose à Christ qui nous a sauvé, et pour lequel nous possédons un profond respect. Alors, en attendant son retour nous restons, où que nous soyons, des témoins et messagers dont la trompette doit donner un son différent, distinct, clair et précis.


Que l’on soit prêt ou non la trompette va bientôt sonner, espérant que vous et moi, nous ayons les oreilles ouvertes, attentives au son de la trompette de Dieu. Que l’on soit vivant ou mort, au son de la trompette de Dieu nous entendrons l’appel de notre Seigneur Jésus-Christ.


(A lire avec l'intelligence du Saint esprit car il y a des références aux livres apocryphes)

Au temps de Christ, il y avait une vue que l'utilisation du maquillage et des bijoux était d'origine démoniaque. Voir le Livre Éthiopique d'Énoch (Knibb, Oxford Clarendon, 1982, Vol.2,pp.79-86).


1 Timothée 2:9-10 et 1 Pierre 3:3-6 sont utilisés à titre d'exemples contre l'utilisation du maquillage et des bijoux. Cependant, il y est question d'un comportement convenable et du gouvernement ordonné de la famille et de l'Église.

Comment les femmes doivent-elles se vêtir ?


Dès le début de la création, Dieu créa les deux premiers humains totalement différents dans leurs physionomies : mâle et femelle (Genèse 1 : 27 / Version Louis Segond). Continuant sur cette même ligne d’idées, Dieu a condamné dès le début le mariage homosexuel qui est l’union de deux sexes identiques (Lévitique 18 : 22 ; Lévitique 20 : 20 et Romains 1 : 26 à 27 ). Dieu a aussi condamné et interdit que l’homme et la femme portent des habits identiques dans Lévitique 22 : 5. Dieu ne s’est pas du tout contenté de rester là, Il a condamné et interdit que les hommes aient des comportements féminins et vice-versa; et c’est dans ce sens que Dieu a oint l’apôtre Paul pour condamner les efféminés (1Corinthiens 6 : 10) qui sont des hommes au comportement et au style féminins.


Une femme est censée être une femme, et elle est censée s'habiller comme une femme. Quand Dieu a fait l'homme, Il l'a fait d'une manière; et la femme, Il l'a faite d'une autre manière. Et quand Dieu habille un homme, Il l'habille d'une manière, et la femme, d'une autre manière. Et la Bible dit: “ C'est une abomination pour une femme de mettre un vêtement d'homme. ”


Comprenez-vous cela? C’est une honte pour un homme de porter de longs cheveux, mais une femme Cela est normal, voire obligatoire dans la mesure du possible. Dieu a fait l’homme différent de la femme: de par le sexe, l’apparence, la démarche, la voix et toute autre chose ; l’Éternel veut que ses deux créatures se distinguent pendant toute leur vie. C’est pourquoi, en Lévitique 22 :5 Il leur interdit de porter les mêmes vêtements. La Bible dit que si une femme porte un pantalon ou n’importe quel habillement qui appartienne à l’homme, c’est abominable, obscène et sale aux yeux de Dieu. Et Dieu lui fera payer pour cela. Qui allez-vous écouter?


Une femme doit rester femme en tout et partout donc doit se distinguer de l’homme, et vice versa

Dieu créa l’homme et la femme avec deux structures biologiques différentes,

Dieu exige qu’ils soient toujours différents en habits, comme en comportements Vous direz: «Qu’y a-t-il de mal dans ces pantalons Puisqu’il y a des Pantalons hommes et des pantalons Femmes ?

La Bible dit que toute femme qui portera un vêtement d’homme, c’est une abomination aux yeux de Dieu.


C’est AINSI DIT LA BIBLE. Et une femme qui se coupe les cheveux déshonore sa tête. Et il n’est même pas... C’est un péché pour une femme que d’offrir une prière en ayant des cheveux courts (décision volontaire) (en public).


Trouvez-vous normal qu’un homme porte : une robe, une jupe,une culotte, des soutiens de gorge, des talons kikites, rouge à lèvres…

La société païenne (Le Babylonien) nous apprend clairement ce qui est fait pour la femme et pour l’homme.


Quand Dieu a ordonné « qu’aucun des deux sexes qu’Il a créés ne devait porter les mêmes vêtements, » Il savait que la société allait évoluer, que la tentation serait là aussi.


Avant, pendant et même après Jésus, il y a toujours eu des vêtements femmes et hommes

Même si cela s’appelait « tunique »Elles étaient cousues différemment, pas même styles, couleurs différentes…C’est beaucoup plus profond que cela cette interdiction de Dieu, C’est qu’Il a horreur des travestis.

Dieu ne veut pas que vous soyez et ne veut pas non plus que vous ressembliez à un travesti.

Derrière la pensée de Dieu, nous comprenons pourquoi Dieu interdit ces choses abominables :

L’homosexualité physique et l’homosexualité spirituelle (déguisée –subtile)

Il faut retenir qu’il y a l’homosexualité physique pratiquée par les impies du dehors, mais aussi l’homosexualité spirituelle pratiquée par les églises de notre temps actuel qui se sont détournées pour suivre Satan en devenant des églises modernes.


Cet esprit d’homosexualité spirituelle réside dans le fait que les pasteurs dénominationnels autorisent les sœurs de l’église à se masculiniser en se coupant les cheveux, en portant des pantalons, des leggins et des pantalons-jupes

.

La coupe de cheveux et le port des pantalons (comme tout le reste d’abord) sont des esprits homosexuels spirituels qui donnent à la femme un air ou une apparence d’homme.


C’est la même chose pour un homme qui se tresse les cheveux et qui portent des boucles d’oreille comme les femmes (païennes) ; qui ne joue pas son rôle de mari, qui confirme la décision de sa femme car c’est elle qui décide, qui porte par tradition une jupe, des vêtements ou sous-vêtements féminins ; cet homme est victime d’un esprit homosexuel spirituellement (= tout en étant un homme, il agit comme une femme). Si ces gens-là meurent dans cet état d’homosexuel physique (pour les impies) et d’homosexuel spirituel pour les gens qui vont malgré tout à l’église.


La femme n’est pas inférieure à l’homme et vice versa,

Mais chacun tient de Dieu ce qu’il est et doit respecter sa position

Lorsqu’on tente de refaire d’une manière ou d’une autre ce que Dieu a créé, sans son accord, On pèche contre Lui.


Abomination : homme efféminé - et - femme masculine = vice contre nature


Un mauvais comportement pour Dieu est une infidélité.

Ne prenez point à la légère votre veine manière de vivre, d’agir ; tout en disant que vous êtes enfants de Dieu.

Celui qui marche dans la désobéissance est un ou une prostitué (e) selon Dieu. C’est exactement ce qu’Israël fit à …

Vous savez ce que dit la Bible à ce sujet, comment il dit, parle…Israël, Il dit : «Tu as écarté les jambes et tu as invité chaque homme qui passait. Tu as joué le rôle d’une prostituée à mon égard ; et je vais te répudier, divorcer d’avec toi ». Ezéch 16 :15.


Exactement ! Vous commettez adultère contre votre propre corps. Et lorsqu’une femme s’en va vivre avec un autre homme, ou un homme avec une autre femme, alors qu’ils ne sont pas mariés, ils souillent leur propre chair. Et lorsqu’une personne se dit chrétienne et qu’elle nie catégoriquement que l’Écriture est juste, elle commet adultère contre le Corps dont elle prétend faire partie, Ainsi, c’est une telle marque de l’Anti-christ qu’elle peut séduire les élus si c’était possible.

  Quelques exemples :


*La jupe ou la robe d’une vraie chrétienne doit descendre plus bas que ses genoux sans être fendue


*Une chrétienne ne doit pas être vêtue d’une manière sexy, ne doit donner envie à aucun homme…


*Elle ne doit pas séduire à cause de sa tenue (chose moulante), de son style, sa démarche, son décolté


Toute femme chrétienne = (repentie, convertie, qui font conversion de servir Dieu, donc sainte), doit porter sa jupe ou sa robe et son corsage, pas transparents, pas trop collants ou serrés, et de plus la robe ou la jupe doit descendre beaucoup plus bas que ses genoux lorsqu’elle est assise. Cette longueur de la jupe ou de la robe lui permet de couvrir valablement sa nudité et de rester spirituellement propre et décente devant Dieu.


Méditons cette vérité   (Matt 5 :28)


Jésus a dit: «Quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.» Et quand cet homme, ce pécheur, aura à répondre de vous avoir regardée, d'avoir commis adultère, qui lui en aura fourni l'occasion? Il faut penser à cela.


Vous étiez-vous vêtue, quand cette personne a commis l’adultère avec vous comme l’exige Dieu ?

Quand ce frère qui est peut-être faible dans la foi, a contemplé votre poitrine bien généreuse, n’a pu se contrôler en admirant votre jupe moulante, vos cuisses mises en évidence, au point selon Jésus de commettre en esprit l’adultère ou la fornication avec vous ; que fera Le Juste Juge à votre sujet ?


Vous ne pensez pas avoir été ce jour-là l’instrument du mal, mais pourtant c’était le cas, car satan s’est servi de vous, de votre désobéissance, de votre charnalité pour séduire et terrasser les frères.


Le Maquillage est condamné par Dieu (deux raisons d’être : tromper et aider à se prostituer)

Exemple de Jézabel donnée en pâture aux chiens

II Rois 9 : 30 à 37 ; Jérémie 4 : 30 ; Ézéchiel 23 : 36-40


La seule femme qui n’eût jamais maquillé son visage pour se présenter devant les hommes, fut Jézabel, et Dieu la donna en pâture aux chiens. C’est vrai. Donc, c’est juste de la viande pour les chiens, pour commencer, aussi oubliez cela.

Revenez à l’autel, et Dieu vous fera laver le visage et être en ordre. La mise en garde de Dieu à tous ceux qui veulent Le servir, qui veulent demeurer sous l’abri du Très-Haut, qui veulent que l’Éternel Dieu soit leur refuge et leur appui. (Exode 23 :24 = n’imitez pas les autres peuples…)


Quelle doit être la réaction de celui qui accepte Dieu pour de vrai et qui ne désire faire que la volonté de Dieu.?

SAINT-ESPRIT

Le Gérant de L’Eglise


A. Il révèle Jésus et son œuvre

Jean16.14

Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera.

- Le plus grand car le plus petit : humble, parle pas de lui-même, glorifie Jésus

- Quand l'Eglise accorde la place au Saint-Esprit, et laisser guider par Lui, l’accroissement.

Quantité par : l’évangélisation et Qualité par : l’édification c’est la profondeur la racines de la grande activité du Saint Esprit dans l'Église apostolique !


Actes 9.31

L'Eglise était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s'édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s'accroissait par l'assistance du Saint-Esprit.


B. Il convaincre pécheur de son état de Péché.


Jean 16.8

Quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement

Le Saint-Esprit amène à la repentance, puis on peut voir le pardon de nos péchés


C Le pasteur par excellence

a-1. Il nous conduit dans la vérité comme il est notre berger


Jean 16.13a

Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité

- Travail du berger : montrant le chemin de sainteté Psaume 23

Il conduit, Il dirige les brebis vers les pâturages, les eaux paisibles

Nourrit notre âme dans les meilleurs pâturages

Avertit, censure, reprend, empêche, exhorte, fortifie…


a-2. Il produit en nous un fruit abondant


Jean 15 et Galates 5.22

- Le fruit est produit par l'Esprit, pas par nous-mêmes : encourageant

Jean 6.63

C'est l'Esprit qui vivifie ; la chair ne sert à rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie.

A greffé en nous, par sa puissance de vie, la nature divine (Galate 5 :16)

Par sa "sève" : processus de croissance, de maturité

Romains 15.13

Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit


D Le meilleur Professeur

1. Son enseignant est hautement qualifié

Jean 14.26

Le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

- Il était l’Autorité des apôtres ? Hommes du peuple sans instruction Actes 4.13

Il est la Source, il a donné des formations "Théologie du Saint-Esprit" : reçu l'Esprit et formés par lui

- Qui mieux que l'Esprit pour nous expliquer la Parole qu'il a écrite lui-même !

Poussés par le St-Esprit des hommes ont parlé de la part de Dieu 2Pi 1.21

D'où, chrétien devant sa Bible : à l'écoute, à l'école du Saint-Esprit

1Jean 2.27

Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne. Mais comme son onction vous enseigne toutes choses, qu'elle est véritable, et qu'elle n'est pas un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés.


Le Saint-Esprit rend la Parole vivante, sinon lettre morte

2 Corinthiens 3.6

Il nous a aussi rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'Esprit. Car la lettre tue, mais l'Esprit vivifie. 

NE ME RETIRE PAS TON ESPRIT-SAINT


(Psaume 51 :11-12 ; Josué 1 :7-8 ; 1 Samuel 16 :14 ; 2 Timothée 2 :5)


Dans certains pays, les lois régissant le code de conduite sur les routes sont très rigides. Passer outre de l’une de ces principes de conduite sur les réseaux routiers peut conduire a des prises de sanctions très sévères et parfois même l’interdiction de conduire un véhicule pendant longtemps.


En dépit des mesures prises par les autorités en vue de protéger la vie des utilisateurs de la route, cela n’empêche que des accidents se produisent tous les jours. Mais en absence de ces lois, ca aurait pu être pire.


Pour garder la Présence de Dieu au milieu d’eux, le peuple d’Israël devait obéir à ses lois.


« Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidèlement selon toute la loi que Moïse, mon serviteur, t'a prescrite; ne t'en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir dans tout ce que tu entreprendras. Que ce livre de la loi ne s'éloigne point de ta bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c'est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c'est alors que tu réussiras. » (Josué 1 :7-8)


Toutes les bénédictions de l’Eternel étaient à la disposition du peuple d’Israël seulement, il devait témoigner obéissance et fidélité aux préceptes divin. Tant que leurs cœurs restaient attachés aux lois divines, ils vivaient en paix mais, quand ils violaient les lois de Dieu, l’Esprit de Dieu les écartait et leurs ennemis les opprimait.


Au verset 8 du premier chapitre du livre de Josué, il insistait sur la fréquence de la méditation : « jour et nuit» ! C’est justement à force de répéter l’exercice de la méditation, que le message transmis par le Saint-Esprit à notre coeur, finira par quitter le simple intellect pour imprégner l’esprit (notre conscience, puis notre mentalité) et influencer notre comportement.


L’esprit du chrétien qui communique avec l’Esprit de Dieu retient la Parole par le fait d’y penser

(la méditation : « Médite-le »), constamment (la régularité : « jour et nuit »). L’objectif visé de Dieu par le Saint Esprit, c’est la mise en pratique (« pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ») ! Conséquence directe : le succès, la réussite dans toutes les entreprises, comme nous le dit Josué !


Pour nous chrétiens, quelles lois régissent notre course vers l’éternité ?


Comme Israël, nous devons obéir aux lois de Dieu inscrites dans la Sainte Bible. Dieu ne résiste pas aux cœurs qui le cherchent et qui obéissent à sa Parole.(Proverbes 3:34) « Il se moque des moqueurs, Mais il fait grâce aux humbles »; (Jacques 4:6) « Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente; c'est pourquoi l'Ecriture dit: Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.


David connaissait les lois de Dieu et il savait combien l’Esprit de Dieu était important dans sa vie. Il avait péché contre ces lois, et Dieu s’était irrité contre lui.


Comment l’Esprit de Dieu peut-Il demeurer dans un cœur désobéissant ? (1 Samuel 16 :14) « L'esprit de l'Eternel se retira de Saül... »


(Éphésiens 4:30) « N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. »

David se repentait, il implora l’Eternel de ne pas lui priver de sa présence, de son Esprit-Saint, il s’humiliait et rependait son âme devant l’Eternel qui a eu compassion de lui. « Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint. Rends-moi la joie de ton salut, Et qu'un esprit de bonne volonté me soutienne! » (Psaume 51 : 11-12)


Nous également quand nous désobéissons à la Parole de Dieu son Esprit est resté à l’écart jusqu’à ce que nous nous humilions et nous nous repentons de nos péchés.


Aucune situation ne doit nous empêcher de nous approcher plus près de Dieu, de rester en sa présence. Cette prière de confession de David doit être notre prière. Nous devons rechercher continuellement la face de Dieu pendant notre pèlerinage ici-bas. Pour y arriver, nous devons non seulement connaître ses lois, les méditer jour et nuit mais aussi, les appliquer fidèlement pendant notre parcours terrestre.


Que ce nouvel an soit pour nous les Chrétiens qui attendent avec impatience le retour du Seigneur Jésus-Christ, le temps favorable pour prier (1 Thessaloniciens 5:17 Priez sans cesse.), pour rester à l’écoute de sa voix, pour demander à Dieu de ne pas nous priver de son Saint-Esprit. Car, l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a combattu suivant les règles. (2 Timothée 2:5)


Que Dieu vous bénisse abondamment!


Jean David Leblanc